Follow us on Twitter

Addictions : la prévention est l’affaire de tous les animateurs

06 avril 2012 Catégorie : Jeunesse Ministères et institutions Ressources Formation

La prévention des addictions est l'affaire de tous les animateurs

Le ministère de la Jeunesse vient d’éditer un guide méthodologique sur la prise en compte de la prévention des conduites addictives dans les formations du secteur de l’animation.

Cela a été annoncé à la mi-janvier (arrêté du 17 janvier publié au JO du 4 avril) : le Bafa intègrera désormais une demi-journée de formation sur la prévention des conduites addictives. Logique, voire enfin pourrait-on dire, puisque « la prévention s’inscrit dans une démarche citoyenne. Ne rien faire ou ne pas s’exprimer face à des comportements que l’on estime défavorables à la santé peut être compris comme un cautionnement. »

Et le ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative n’a pas fait cette fois les choses à moitié : il vient de faire paraître un guide méthodologique, intitulé Prévention des conduites addictives et animation : la prise en compte de la prévention des conduites addictives dans les formations aux diplômes d’Etat des encadrants de l’animation, à destination des organismes de formation.

Ce document de 48 pages, élaboré sous le pilotage du ministère chargé de la jeunesse et coordonné par la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (MILDT), décline cette thématique, « inscrite dans les diplômes d’État de l’animation des ministères chargés de la jeunesse et des sports : BPJEPS, DEJEPS, DESJEPS et brevets non professionnels BAFA et BAFD », à travers trois chapitres : le contexte, les conseils méthodologiques pour dispenser une formation sur la question de la prévention des conduites addictives et l’évaluation.

De prime abord, on pourrait croire ce guide réservé aux seuls formateurs… Pourtant, on s’aperçoit très vite qu’il s’adresse à tous les directeurs et animateurs, et plus largement à toute personne en charge des publics jeune et adolescent. Le ton est clair, précis et didactique : on y trouve des renvois dynamiques sur les textes ministériels (on évite une possible perte de temps) et il y a une sous-partie (p. 18) consacrée au choix des outils de prévention et aux différents supports validés par la MILDT (idéal pour rapidement savoir quel support sélectionner en fonction de l’âge de son public mais aussi des addictions que l’on souhaite évoquer). En outre, on peut aussi y consulter un tableau (p. 24), qui permet d’anticiper les difficultés et connaître instantanément ses responsabilités.

Mais, au-delà de ces ressources, on trouve aussi une présentation de plusieurs fiches-repères qui évoquent, par exemple, les différentes manières de mener un projet de sensibilisation, la démarche à suivre en cas d’urgence ou encore plusieurs situations concrètes avec, pour chacune, des pistes pour faciliter le débat et un rappel du contexte juridique.

Inutile d’aller plus loin ! Comme vous l’avez compris, ce guide méthodologique, librement téléchargeable (ici), est un outil utile et précieux, surtout quand on connaît le peu de ressources existantes sur le sujet, et que toutes les structures devraient s’empresser de consulter.

Commentaires (0)

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous