Follow us on Twitter

Rythmes éducatifs : n'oublions pas les animateurs !

23 novembre 2012 Catégorie : Jeunesse Éducation populaire Ministères et institutions Vie associative

Rythmes éducatifs : n'oublions pas les animateurs !

Le Journal de l’Animation et le Syndicat de l’Éducation Populaire UNSA se mobilisent pour faire entendre la parole des animateurs dans le débat sur la réforme des rythmes scolaires.

Alors que la réforme des rythmes scolaires est en cours de négociation, dans le cadre plus général de la refondation de l’école initiée par Vincent Peillon, ministre de l’Éducation nationale, nous constatons que les animateurs ne sont pas intégrés au processus d’élaboration de la future loi.

Ils sont pourtant directement concernés par cette réforme, qui prévoit notamment l’instauration de 3 heures de classe le mercredi matin en primaire. Ce qui implique la disparition sur cette même plage horaire des accueils de loisirs du mercredi matin. Cette réforme s’oriente également vers la réduction d’une heure par jour du temps d’enseignement, qui serait remplacée par une heure d’activités éducatives, sportives ou culturelles assurées par des animateurs.

Une page Facebook pour s’informer et se mobiliser

Or nous constatons que les animateurs, concernés au premier chef par cette réforme, sont les grands absents des négociations, dominées par les syndicats d’enseignants, les associations de parents d’élèves, ou les représentants des collectivités locales. C’est dans ce contexte que Le Journal de l’Animation et le Syndicat de l’Éducation Populaire UNSA ont lancé le 12 novembre l’opération « Rythmes éducatifs : n’oublions pas les animateurs ! », afin d’informer les acteurs du secteur de l’animation des tenants et des aboutissants de la réforme, tout en les invitant à se mobiliser pour faire entendre leur voix. Sur la page Facebook créée pour l’occasion (www.facebook.com/NoublionsPasLesAnimateurs), les professionnels de l’animation éducative et socioculturelle ont commencé à s’emparer du débat.

Lettre ouverte au gouvernement

Jeudi 22 novembre, notre mobilisation s’est concrétisée par une autre action. Une lettre ouverte co-rédigée par Le Journal de l’Animation et le SEP UNSA a été remise au ministre de l’Éducation nationale lors de l’inauguration du Salon européen de l’Éducation, à Paris, et adressée également au Premier Ministre et à Madame la Ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et de la Vie Associative.

Intimement convaincus qu'une réelle politique éducative doit articuler le temps scolaire et les temps péri ou extrascolaires, le SEP UNSA et Le Journal de l’Animation réaffirment notamment que la réussite de la révision des rythmes éducatifs passe également par une politique affirmée des loisirs éducatifs.

Ils formulent ainsi à travers cette lettre ouverte cinq propositions concrètes qui ont vocation à enrichir le projet de loi d’orientation et de programmation sur l’Éducation et ses textes d’application :

• prise en compte de la parole des animateurs dans les négociations en cours ;
• généralisation des Projets éducatifs locaux et formations conjointes à tous les acteurs éducatifs d’un même territoire ;
• élaboration d’une véritable démarche pédagogique sur les temps d’intervention assurés par les animateurs au sein de l’école ;
• prise en compte des conditions de travail des animateurs dans la mise en œuvre de la réforme ;
• respect par les collectivités des temps de préparation, d’évaluation et d’adaptation des compétences nécessaires à la mise en place d’activités périscolaires de qualité.

Mobilisez-vous !

D’autres actions sont prévues afin de tenter de peser sur les décisions en cours. D’ici là, c’est à vous de lire les informations que nous diffusons pour expliciter les tenants et les aboutissants de la réforme, de les diffuser dans votre entourage, de faire connaître la page Facebook « Rythmes éducatifs : n’oublions pas les animateurs ! », et de prendre la parole pour que les animateurs existent enfin dans ce débat qui les concerne au premier plan !

 

Éléments à télécharger et à diffuser largement :

le visuel de l'opération "Rythmes éducatifs : n'oublions pas les animateurs !"

la lettre ouverte du Journal de l'Animation et du SEP UNSA adressée au gouvernement le 22 novembre 2012.

Commentaires (1)

  • BRISSAC

    BRISSAC

    30 novembre 2012 à 12:04 |
    je suis un animateur professionnel,titulaire de BEATEP OPTION PETITE ENFANCE.Je soutiens le mouvement, la réforme ne doit pas se faire sans le secteur de l'animation.
    Les animateurs vont se trouver au chomage. Et le mercredi doit être un moment de plaisir et de détente pour les enfants. Des parents disent que les enfants ont des journées
    trop longues.

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous