Follow us on Twitter

Valérie Fourneyron : "L'éducation populaire doit être au cœur du changement"

20 juin 2012 Catégorie : Jeunesse Éducation populaire Ministères et institutions Vie associative

Valérie Fourneyron : « L'éducation populaire doit être au cœur du changement »

La ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative s’est exprimée mardi 19 juin lors du lancement de la campagne Éduc’ pop’ en fête.

« Aujourd'hui le secteur de la jeunesse et de l'éducation populaire représente dans notre pays 134 000 associations, plus de 6 millions de bénévoles et 680 000 emplois », a déclaré Valérie Fourneyron, ministre des Sports, de la Jeunesse, de l'Éducation populaire et de la Vie associative. Elle s'exprimait à l'occasion du lancement de la campagne du Cnajep « Éduc’ pop’ en fête », « un ensemble d'initiatives visant à promouvoir l'éducation populaire autour d'une action ludique et participative ». « À ceux qui disent que l'éducation populaire n'est pas au cœur de nos villes, regardez ce qui se passe autour de vous, avec les MJC, le scoutisme, les repas de quartiers, etc. », a lancé la ministre, reconnaissant toutefois que le secteur « manque de reconnaissance ».

« Ne pas fragiliser nos colonies de vacances »
« L'éducation populaire est moderne. Dans une société malade de ses dérives […] de l'argent roi, l'appel à l'éducation, à la solidarité, à la transformation sociale, constitue une alternative [pour le gouvernement] et l'éducation populaire doit être au cœur du changement », a-t-elle poursuivi.
Interrogée sur le fait de transformer le contrat d'engagement éducatif en volontariat de l'animation, une des revendications d'associations d'éducation populaire, Valérie Fourneyron a indiqué : « Il faut assurer une pérennité juridique et ne pas fragiliser nos colonies de vacances. Un équilibre a été trouvé pour cette année. Nous regarderons l'expérience de cet été » afin de « valoriser la force de l'ensemble de ce secteur et l'expérience des jeunes ».

Sur la question de la multiplications des appels à projets auxquels sont soumises les associations, la ministre a indiqué : « La multiplication d'appels à projets et d'expérimentations ne doit pas se faire au détriment de ceux qui agissent sur le terrain ».

 
« L'éducation populaire ne peut pas être institutionnelle »
« Depuis le 6 mai, nombreux sont ceux qui m'ont interrogée sur la signification du terme 'éducation populaire', si c'était une figure de style », a relaté la ministre. « Je fonde le souhait qu'on m'interroge plus sur ma politique de soutien [aux associations d'éducation populaire] que sur l'intitulé de mon ministère », a-t-elle complété, évoquant son « parcours façonné par les mouvements de jeunesse, le scoutisme, les MJC ».

Valérie Fourneyron a indiqué : « Mon rôle n'est pas de dire ce qui relève de l'éducation populaire et ce qui n'en relève pas. L'éducation populaire ne peut pas être, par définition, institutionnelle. Mon rôle est de lui donner toute sa place et favoriser la prise en compte [par le gouvernement] du projet de l'éducation populaire ». « Le projet du président de la République est de réconcilier les Français avec eux-mêmes […] en favorisant la recherche de solutions collectives », a-t-elle rappelé. La ministre a plaidé pour « co-construire les politiques publiques » avec les associations d'éducation populaire, par exemple concernant « la réforme des temps scolaires ».

Selon elle, « le gouvernement sera au rendez-vous pour aller vers l'innovation en prenant l'éducation populaire comme une boussole qui indique le cap [de la transformation sociale] mais qui laisse aussi le choix du chemin ».

Téléchargez l'intégralité de l'allocution de Valérie Fourneyron et retrouvez ci-dessous la vidéo réalisée à l'occasion de cette manifestation.

DJ avec AEF

 

 

 

Commentaires (0)

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous