Agissons contre les dérives sectaires !

Cette convention prévoit notamment la mise en place : d’une information commune à destination des familles sur les sites Internet de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes, www.derives-sectes.gouv.fr) et du secrétariat d’Etat à la Famille (www.solidarite.gouv.fr) ; d’actions de formation aux dérives sectaires à destination des professionnels de l’enfance et des écoutants du service national d’accueil téléphonique pour l’enfance en danger ; d’une action commune en direction des centres et des instituts de formation continue visant à développer la connaissance et la prise en compte des problématiques liées aux dérives sectaires.

Lors de la signature de cette convention, il a aussi été présenté la nouvelle campagne de sensibilisation aux dérives sectaires à destination des parents et des enfants. Une affiche sera ainsi diffusée « dans les semaines à venir dans les lieux fréquentés par les jeunes ou leur famille, en particulier dans les établissements scolaires, les crèches, les services sociaux chargés de la petite enfance (PMI, Services de l’aide sociale à l’enfance), les maisons des adolescents, les Points Info Famille, la maison pour les familles, les points d’accueil et d’écoute Jeunes (PAEJ), et les caisses d’allocation familiale (CAF) ». Comme l’a rappelé le président de la Miviludes, cette campagne a pour but de «mettre en garde les familles contre certaines structures qui proposent des méthodes thérapeutiques non approuvées qui n'apportent rien aux enfants souffrant par exemple d'autisme ou d'hyperactivité, mais aussi contre les organismes autour du soutien scolaire qui sont en lien avec des sectes. »

Depuis 1996, la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) observe et analyse le phénomène sectaire sur le territoire français. Elle coordonne aussi l’action préventive et répressive à l’encontre des dérives sectaires et informe le public sur les risques et les dangers auxquels ils sont exposés. Elle a déjà traité à plusieurs reprises de la question des mineurs dans ses publications, en particulier dans le guide intitulé La protection des mineurs contre les dérives sectaires, édité en 2010 et toujours disponible en libre téléchargement sur son site Internet (ici).

En France, entre 60 000 et 80 000 enfants sont encore élevés dans un contexte sectaire.


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

400 fiches d'activités

Demande Numéro gratuit

Mon Journal-Bilan Directeur d'ACM