Follow us on Twitter

Valérie Fourneyron dévoile son plan d'action

06 juin 2012 Catégorie : Jeunesse Éducation populaire Ministères et institutions Vie associative

Valérie Fourneyron détaille sa feuille de route

La ministre des Sports, de la Jeunesse, de l’Éducation populaire et de la Vie associative, a tracé le jeudi 31 mai 2012 les grandes lignes de son action future, et annoncé une révision des activités et priorités des services déconcentrés.

Valérie Fourneyron s'exprimait devant les responsables des DRJSCS (directions régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale).

Après avoir estimé que « la mise en place au niveau territorial des nouvelles directions (DRJSCS, DDCS, DDCSPP) a été vécue comme une dilution des spécificités de l’action ‘jeunesse, sports, vie associative’ », la ministre a annoncé avoir demandé « qu’un certain nombre de réformes engagées soit gelées (réorganisation de la direction des sports, création du service à compétence nationale pour la gestion des conseillers techniques sportifs…), afin de (…) prendre le temps de la réflexion, pour faire évoluer [l’]organisation [des services] en cohérence avec le nouveau périmètre du ministère et les priorités définies ».

L’Inspection générale de la Jeunesse et des Sports a été sollicitée, pour proposer, « sur la base d’un bilan de l’organisation actuelle du ministère, les évolutions adaptées à l’ambition gouvernementale. Un premier rapport d’étape (…) sera remis fin juin, et les conclusions de la mission (…) seront rendues fin juillet. Sa réflexion devra également s’inscrire dans la perspective d’une nouvelle étape de décentralisation. »

Vers l’abandon de certaines activités

Selon Valérie Fourneyron, « mettre en œuvre de manière efficace la politique de l’État en matière de sport, de jeunesse, d’éducation populaire et de vie associative » suppose « de réfléchir ensemble à nos missions prioritaires. (…) Dans le contexte budgétaire contraint qui s’impose à nous, ma responsabilité consiste (…) à envisager l’abandon de certaines activités, le transfert de certaines autres et/ou une organisation différente pour les exercer, afin de concentrer les efforts et les moyens de l’État sur mes priorités. »

Un groupe de travail sera mis en place « prochainement », associant le ministère et des représentants des services déconcentrés, puis « dans un second temps, les organisations syndicales et professionnelles représentatives. Il s’agira, d’ici l’automne, de formuler des propositions d’évolution des missions. »

« Une politique globale et transversale »

Concernant son action future, la ministre entend « impulser une politique globale et transversale » en matière de jeunesse, « dans une dimension interministérielle, mais aussi partenariale (avec les associations, les collectivités locales, les caisses d’allocations familiales…) ».

Parmi ses principaux chantiers figureront « l’articulation entre le temps scolaire et le temps péri et extra scolaire, dans le cadre d’un calendrier scolaire modifié », la « protection des mineurs en accueils collectifs, qu’il s’agisse du contrôle ou de l’évaluation de leur action éducative »,  ou encore l’instauration d’une « politique de soutien à l’éducation populaire » afin de « renforcer une citoyenneté active, de promouvoir le développement personnel et l’éducation tout au long de la vie en permettant ainsi l’émancipation des individus » en partenariat avec les associations.

Valérie Fourneyron a également rappelé « l’objectif de montée en puissance du service civique fixé à 100 000 jeunes par le Président de la République » pendant le quinquennat » et sa volonté de « développer la vie associative, de promouvoir le bénévolat avec le contrat d’engagement, et le volontariat ».

Soutenir la création d’emplois

Au niveau du sport, « c’est surtout sur le développement des pratiques pour le plus grand nombre » que la ministre veut mettre l’accent, là encore dans un cadre interministériel. « Il s’agit en effet d’affirmer le rôle du sport dans la politique de santé publique, en particulier en direction des publics les plus fragilisés, dont évidemment les jeunes. » Valérie Fourneyron souhaite également « mieux associer dans une nouvelle gouvernance du sport, le mouvement sportif et les collectivités locales pour un service public du sport sur les territoires ».

Enfin « qu’il s’agisse du champ de l’animation ou du sport », la ministre appelle les responsables des services déconcentrés à se mobiliser au niveau « de la formation et de la certification, dans la mesure où il s’agit là de répondre à un double enjeu : en matière de création d’emplois – avec la prise en compte également des futurs emplois d’avenir - d’une part, mais aussi de manière à garantir une qualité éducative d’encadrement des activités de jeunesse et sportives d’autre part. »

Le texte intégral de l’intervention de Valérie Fourneyron est téléchargeable ici.

David Jecko

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous