Carnets d'été : "Rendez-vous en terrain connu dans le Maine-et-Loire"

“Un proverbe africain dit qu’il faut tout un village pour éduquer un enfant. Je pense que j’en suis une bonne illustration et c'est cela que j’essaie de retransmettre : favoriser les liens entre les jeunes et leur environnement proche (tissu associatif, élus, habitants…) pour faire en sorte qu’ils multiplient les expériences. “Nous sommes le fruit de nos rencontres”, cette phrase entendue lors de ma formation m’avait bien plu !”

À 37 ans, Frédéric Oger est animateur depuis 12 ans, date à laquelle il a débuté une formation Defa (aujourd’hui Dejeps).

“Auparavant, j’ai fait des études commerciales (BTS), j’ai eu des expériences dans une banque mais j’ai préféré me rapprocher du monde de l’animation et de l’associatif, car je suis très sensible à ces domaines. J’ai dans ma jeunesse pris beaucoup de responsabilités dans ma commune (foyer des jeunes, encadrement bénévole des activités enfance, coach sportif…) et ça me plaisait beaucoup. Aujourd'hui, mon parcours personnel a beaucoup d’influence sur mon action professionnelle.”

Séjours accessibles financièrement

Frédéric Oger a organisé un séjour atypique “Rendez-vous en terrain connu” qui s’est déroulé du 21 au 25 juillet, sur le territoire de la communauté de communes du canton de Saint-Florent-le-Vieil (Maine-et-Loire). Il concernait le secteur jeunesse du centre social Val’Mauges, qui intervient à l’année sur 11 communes d’un territoire rural entre Cholet et Nantes (soit 18 500 habitants).

Le projet jeunesse se caractérise selon deux axes principaux. Tout d’abord, la découverte, l’ouverture au monde en favorisant des possibilités d’activités de découvertes pour les jeunes. Permettre la rencontre entre jeunes et jeunes, mais également entre jeunes et adultes. Second axe, l’accompagnement à l’initiative en permettant aux jeunes de mettre en place leurs propres projets.

“Dans cette dynamique, l’animateur doit donc être en mesure de doser son accompagnement, savoir être en avant et proposant, pour emmener les jeunes vers la nouveauté, l’inconnu ; et savoir être en retrait pour permettre aux jeunes de se prendre eux même en main.

Chaque été, nous proposons une douzaine de séjours avec l’idée que ceux-ci soient accessibles à un maximum de familles, tant sur le plan de la proximité que sur l’aspect financier. Certains sont mis en place avec les jeunes durant plusieurs mois en amont (ils réalisent bien souvent des actions pour limiter le coût). D’autres sont imaginés en fonction des opportunités, des possibilités, du projet, de ce que l’on a cru sentir porteur chez les jeunes. C’est sur la base de cette dernière option que nous avons mis en place ‘Rendez-vous en terrain connu’.”

Précisons que Frédéric a initié ce projet de séjour, au même titre que plusieurs autres cet été, mais qu’il n'était que partiellement présent (surtout les deux premiers jours pour donner de l’élan).

“J’en avais confié la responsabilité à Antoine Chauvin, titulaire d’une licence d’animation, et animateur vacataire chez nous cet été. Il s'agit d'un animateur qui connaît bien la structure pour avoir fait des stages de licence et des expériences de vacataires, mais également pour avoir suivi des activités en tant que jeune. Antoine s’est tellement investi qu’à 22 ans, il est aujourd’hui élu municipal dans l’une des communes du canton (Le Marillais). Son investissement sur le territoire n’est pas anodin au choix de l’avoir positionné sur ce séjour ! Il était épaulé par Romane Charrier et Élise Batardière, animatrices Bafa.”

Trois équipes

L’idée de “Rendez-vous en terrain connu” est de proposer un séjour peu onéreux, mettant l’accent davantage sur la thématique que sur la destination et partant d’un concept télévisuel (et donc pas totalement inconnu pour les jeunes) afin d’aller vers de la nouveauté, de la découverte, afin de favoriser l’ouverture d’esprit, culturelle et locale des jeunes.

“Les jeunes pensent bien connaître leur lieu de vie mais ils ignorent parfois la présence d’un voisin ou d’un sentier exceptionnel à deux pas de chez eux ! Pour garder le lien ‘télé’, nous avons favorisé le côté ludique, le jeu en équipe, l’esprit d’aventure et effet de surprise. Ainsi, 15 jeunes et leurs vélos, âgés de 11 à 14 ans, étaient réunis le 21 juillet au matin du côté de La Pommeraye. Ils savaient une chose : que le séjour se terminerait le 25 juillet à Saint-Florent-le-Vieil (à 17 km de leur point de départ !). Leur première mission consistait donc à trouver leur lieu de villégiature !”

Ils ont été répartis en trois équipes, chacune accompagnée d’un animateur dont la mission durant le séjour était d’assurer la sécurité physique des jeunes (notamment sur les déplacements à vélo), de faciliter la relation avec les habitants (politesse, explication du concept…) et de favoriser une attitude participative.

Durant cinq jours, les défis-missions se sont succédés en grande partie dans quatre communes différentes : La Pommeraye, Saint-Laurent-du-Mottay, Le Mesnil-en-Vallée et Saint-Florent-le-Vieil.

Pour ne pas trop perdre d’énergie sur la logistique, le choix a été fait de se limiter à un lieu d’hébergement, central au territoire (Saint-Laurent-du-Mottay).

“Les missions ont été pensées préalablement mais ajustées jusqu’au matin même de l’animation pour s’adapter au mieux à la condition physique et aux sensibilités des jeunes. Parmi les missions proposées, les équipes devaient retrouver l’identité de plusieurs personnes sur la base d’une photo, réaliser un repas uniquement composé de produits de la commune, entrer en contact avec des agriculteurs (éleveurs de bovins, éleveur porcin, producteurs de pommes…), entrer en contact avec des habitants et visiter leur jardin.

Ils ont dû également aller poser des questions aux bénévoles d’une association lors d’une réunion pour saisir la raison de leur engagement, se déplacer dans un foyer logement afin de questionner des personnes retraitées sur une partie de l’histoire de la commune, et apprendre à se diriger avec une carte ou encore une montre GPS.

À la rencontre des habitants

Parfois, les habitants étaient prévenus à l’avance afin de favoriser un bon accueil et pour être sûr que la relation ne soit pas ternie. Il aurait été dommage que les jeunes repartent avec une mauvaise image d’un interlocuteur au motif que celui-ci n’était pas très disponible au moment de la rencontre.

“Globalement, les habitants que nous avions visés savaient qu’il se passerait quelque chose car ils étaient informés que les jeunes d’un séjour viendraient peut être les rencontrer et les questionner.  Mais certains ne l’étaient pas du tout et cela a permis des échanges parfois plus authentiques.

Chaque soir, ces défis ont donné lieu à un classement qui permettait d’apporter de l’émulation au séjour. Au final, c’est l’équipe des “Montjeannais”, une équipe de copains, qui n’était pas peu fière d’avoir remporté le défi !”

Dans cette dynamique globale, le rôle de l’animateur fut d’assurer un lien entre les jeunes des différentes équipes afin d’éviter tout clivage, mais également de faire évoluer les conditions de jeux et de rencontres pour s’adapter chaque jour aux dispositions des jeunes, et enfin d’établir les règles générales (jeu et sécurité) et d’arbitrer.

Les jeunes ont parfois éprouvé des difficultés à aller à la rencontre des habitants. Les défis devaient être suffisamment clairs et ludiques pour ne pas les brider ou les bloquer dans les échanges. Les animateurs ont dû parfois redynamiser le groupe, créer un premier espace d’échange rassurant avec les habitants pour permettre au groupe de prendre confiance et d’avancer plus facilement, plus sereinement dans la journée.

Toutefois, au terme du séjour, les jeunes ont dressé un bilan positif du camp qu’il s’agisse des relations entre eux, des relations avec les animateurs, et des rencontres faites durant les activités. Pour les parents, le point positif était de savoir leur enfant parti, bien souvent pour la première fois en séjour collectif, mais pas trop loin de la maison et dans un cadre rassurant.

Mission réussie !

Alexandre Verguet


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

400 fiches d'activités

Demande Numéro gratuit

Mon Journal-Bilan Directeur d'ACM