Covid-19 / Témoignage de Guillaume Lafon, directeur en Gironde : "Peu d’enfants en ce moment."

Covid-19 / Témoignage de Guillaume Lafon, directeur en Gironde : "Peu d’enfants en ce moment."

"Pour le moment, nous accueillons simplement 4 enfants, tous issus d’une seule et même famille, au sein de l’accueil périscolaire de Cussac-Fort-Médoc (33). Nous connaissons à la semaine l’emploi du temps de leurs parents et les enfants sont présents 3-4 jours par semaine, uniquement après 16 h 30 et le mercredi toute la journée jusqu’à 17 h 30. Le matin et durant le temps scolaire, ils sont pris en charge par des enseignants volontaires. Pour des questions pratiques et bien entendu d’hygiène, l’école et le périscolaire se déroulent dans les mêmes locaux et nous évitons de sortir trop de matériel ludique et pédagogique."

"En toute fin de journée, nous nous occupons de désinfecter le matériel et le mobilier (tables, chaises, clenches...) que les enfants et nous-mêmes avons touché avec des lingettes, en sachant qu’un employé de la mairie passe encore une fois derrière nous. Nous avons à notre disposition du gel hydroalcoolique."

Si le plan Blanc est activé, les demandes augmenteront...

"Trois professionnels sur l’ensemble de l’équipe se sont portés volontaires pour assurer cette mission. Les autres sont pour la quasi-totalité en garde d’enfants... Il y a aussi deux animateurs asthmatiques que nous avons bien entendu tenus à garder à l’écart. Je m’occupe de la journée du mercredi, mes deux collègues sont présents le mercredi et les autres jours de la semaine. Nous pouvons ouvrir le samedi et le dimanche, mais nous n’avons pas encore eu de demande."

"Les établissements hospitaliers du secteur n’ont pas encore déclenché le plan Blanc [NDLR : qui peut entraîner des réquisitions de moyens matériels et humains]. Si cela survient, nous risquons d’avoir plus de demandes et l’accueil des enfants deviendra tout de suite plus contraignant… Toutefois, il y a d’autres structures sur les communes environnantes, avec plus d’animateurs volontaires, on imagine donc que la communauté de communes mutualisera les moyens humains. Cela risque aussi d’arriver si le confinement est prolongé pendant les vacances de printemps."

Si vous aussi souhaitez témoigner, contactez-nous en message privé, en mentionnant un numéro de téléphone et le nom de votre structure, sur la page Facebook du Journal de l'Animation.


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

450 fiches d'activités

Demande Numéro gratuit

Mon Journal-Bilan Directeur d'ACM