Les colos : toujours un enjeu éducatif !

Un nouveau rapport et des propositions pour relancer les colos

À la demande de Sarah El Haïry, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement, le Conseil d’orientation des politiques de jeunesse (COJ) s’est penché en octobre 2020 sur les enjeux de développement des colonies de vacances. La commission de l’éducation populaire, chargée de travailler cette question, s’est appuyée sur l’expertise de ses membres et a auditionné de nombreux acteurs de terrain afin d’effectuer "un diagnostic partagé sur lequel adosser des préconisations pour répondre aux enjeux de relance et de développement des colonies de vacances".

Ces travaux publiés dans le rapport intitulé Les Colos, un enjeu éducatif pour tous ! ont été remis le 31 août au Premier ministre, au ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports et à la secrétaire d’État chargée de la Jeunesse et de l’Engagement.

Un instantané du secteur

Ce document de 64 pages porte spécifiquement sur les enjeux de relance et de développement des colonies de vacances. Il rappelle notamment qu’elles "restent un élément fondamental dans le parcours éducatif des enfants et des adolescents mais que le secteur des organisateurs est fragile ; cette fragilité ayant été renforcée depuis la crise sanitaire". Les réflexions de la commission tiennent compte des "colos apprenantes" lancées à l’été 2020 dans le cadre du dispositif Vacances apprenantes.

Le rapport Les Colos, un enjeu éducatif pour tous se compose de 6 grandes parties :
• il revient dans un premier temps sur ce que sont les "colonies de vacances", en précisant les types et les lieux de séjours et qui en sont les organisateurs ;
• ensuite, il traite des caractéristiques socioéconomiques des enfants et adolescents qui partent en séjour, du coût de ces mêmes séjours et des prescripteurs qui poussent les jeunes à partir ;
• puis il effectue un état des lieux des colos avant et pendant la crise sanitaire...
• comme il précise les impacts économiques de ce secteur qui génère des emplois directs et indirects, dont le patrimoine immobilier est important...
• ainsi que les diverses raisons qui peuvent inciter à partir en colos : le plaisir, la socialisation, les activités proposées, la découverte de l’autre...
• Pour finir, la commission s’interroge sur le devenir des colos à moyen et long terme et comment, par exemple, mettre un terme à la désaffection du public, au difficile recrutement des animateurs et directeurs…

Les dernières pages du rapport détaillent différentes préconisations autour de la construction d’une stratégie nationale de développement des colos, l’intégration des colos dans le parcours éducatif, les aides de soutien au départ, la valorisation des apprentissages en colos…

De timides perspectives

Les différents chiffres énoncés tout au long du rapport permettent d’avoir une vision synthétique et actuelle de ce secteur du monde de l’animation. On découvre par exemple l’impact véritable de la crise sanitaire sur le secteur en 2020, à savoir "une baisse de plus de 50 % du nombre de séjours, passant de 54 840 en 2018-2019 à 24 351 en 2020". Ou encore les caractéristiques des jeunes partants : "En 2019-2020, les jeunes âgés de 6 à 13 ans représentaient 64 % de l’ensemble des départs de mineurs en séjours avec hébergement, tandis que les 14 ans et plus en représentaient près du tiers et les moins de 6 ans seulement 3 %." C’est donc un document statistique précieux.

Les préconisations formulées par la commission sont destinées à soutenir et relancer le secteur des colonies de vacances. Citons par exemple la possible création d’un pass colo de 300 euros pour toutes les familles afin de faciliter le départ des 10-11 ans ou encore la volonté d’inclure les colonies de vacances au sein du plan de relance post-covid. Toutefois, elles s’appuient trop souvent sur la récente expérience des vacances apprenantes qui semblent au fil des pages être un prisme, un modèle à améliorer et en mesure de venir à bout de tous les maux du secteur. On se focalise sur l’importance des apprentissages donnés par les enseignants durant les colos apprenantes, aucune aide supplémentaire pour les petites structures qui innovent n’est évoquée, etc. De même, plusieurs préconisations ne sont pas nouvelles et demandées par les professionnels du secteur depuis de nombreuses années. Ce rapport doit donc être vu comme un nouveau premier pas... à la condition bien entendu, que les mots se poursuivent en actes.

Le rapport est à télécharger ici.


Commentaires (1)

  • anon

    Cet article est génial. J'aime beaucoup. Merci! <a href="https://vex4.io">vex 4</a>

    sep 27, 2021
Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire