Follow us on Twitter

Jeux dangereux : vers une meilleure formation des animateurs ?

23 février 2012 Catégorie : Jeunesse Formation

Prvéntion des jeux dangereux : une proposition de loi pour mieux former les animateurs.
Une proposition de loi entend lutter contre la pratique des jeux dangereux « en améliorant la prévention », et en formant plus efficacement les professionnels de l’enfance.
Les députés UMP Cécile Dumoulin (Yvelines) et Patrice Verchère (Rhône) ont déposé une proposition de loi « visant à lutter contre la pratique des jeux dangereux en instaurant une journée nationale et en améliorant leur prévention ». Ce texte a été enregistré à la Présidence de l'Assemblée nationale le 7 février. « Dans la circulaire de rentrée 2010, chaque académie doit mettre en place un module de formation, destiné aux médecins, infirmiers, assistants de service social et psychologues scolaires », expliquent les parlementaires dans l'exposé des motifs. Ils estiment qu'il « faut aller plus loin et proposer cette formation à toute personne en contact avec les enfants : les enseignants, mais aussi les assistantes maternelles, Atsem, animateurs, afin de délivrer des conseils et une sensibilisation ». Selon les députés, 25 % des 7 - 17 ans ont « déjà vu quelqu'un jouer à ces jeux, essentiellement au sein de l'école » et « près de un enfant sur dix a déjà joué à un jeu d'apnée ou d'évanouissement ».

Plan de prévention

L'article 4 de la proposition de loi indique : « Il est proposé dans chaque académie un module de formation continue pour les personnels de l'Éducation nationale. Tout personnel nouvellement nommé doit suivre ce module de formation. Une personne référente 'jeux' dangereux est désignée dans chaque établissement scolaire et chaque académie. » L'article 5 stipule qu'un « volet concernant les 'jeux' dangereux est intégré dans le plan de prévention de la violence des établissements scolaires ». « Le règlement intérieur doit prendre en compte la réalité des jeux dangereux et la nécessité d'apprendre à respecter son corps et celui des autres et à connaître les limites des jeux, afin d'adopter un comportement citoyen. »

L'article 6 ajoute qu'un « module 'jeux dangereux' est inclus dans la formation initiale et continue des professionnels de l'enfance (assistantes maternelles, agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles, éducateurs, animateurs) ».

Journée nationale en octobre

L'article 1er stipule que « la République Française institue une journée nationale afin de lutter contre la pratique de 'jeux' dangereux ». L'article 2 précise que « cette journée, ni fériée, ni chômée, est fixée au premier lundi d'octobre ».
L'article 3 détaille le déroulement de cette journée : elle est « dédiée à la sensibilisation des parents et des professionnels d'encadrement de la jeunesse et des jeunes. Dans tous les établissements d'enseignement, des initiatives sont prises pour que les enseignants consacrent une partie de leur temps à des exposés et des discussions sur ce sujet et sur les risques encourus par les jeunes qui s'adonnent aux pratiques des 'jeux' dangereux. Cette journée est l'occasion d'une prévention intégrée dans les établissements scolaires, incluant un enseignement sur la physiologie respiratoire et les dangers de la pratique des jeux d'étouffement. » De plus, « ces actions de prévention peuvent être menées avec le concours d'associations qui ont eu l'agrément d'associations éducatives complémentaires de l'enseignement public ».
En outre, l'article 7 explique que les observatoires départementaux de la protection de l'enfance se verront confier la mission de centraliser les cas signalés par l'Éducation nationale, la police et la gendarmerie. L'Observatoire national de l'enfance en danger (Oned) sera chargé de recenser ces données dans son rapport annuel.

Source AEF

Commentaires (0)

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous