Follow us on Twitter

Rythmes éducatifs : le retour aux 4 jours de classe est désormais possible

29 juin 2017 Catégorie : Jeunesse Éducation populaire Ministères et institutions Vie associative Réglementation

Rythmes éducatifs : le retour aux 4 jours de classe est désormais possible – Photo © Estelle Perdu
Le décret n° 2017-1108 du 27 juin 2017 relatif aux dérogations à l'organisation de la semaine scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires publiques a été publié au Journal Officiel du 28 juin, soit très peu de temps avant l’éparpillement estival des acteurs de l’école primaire.

Faciliter les dérogations

L’objet du décret est de permettre aux DASEN (directeurs académiques des services de l'Éducation nationale), d’autoriser la semaine de 4 jours de classe –soit 8 demi-journées–, au lieu de 5 actuellement –9 demi-journées– qui reste la norme, sur demande conjointe d'une commune et d'au moins un conseil d'école.
Le DASEN pourra appliquer à toutes les écoles d'une commune la semaine de 4 jours si elle est adoptée par un seul des conseils d'école.
Les dérogations peuvent être obtenues à condition de n’avoir pas pour objet :
• de répartir les enseignements sur moins de 8 demi-journées par semaine,
• d'organiser les heures d'enseignement sur plus de 24 heures hebdomadaires, ni sur plus de 6 heures par jour et 3 heures 30 par demi-journée,
• de réduire ou d'augmenter sur une année scolaire le nombre d'heures d'enseignement ni de modifier leur répartition.

Le rôle du DASEN est de s’assurer que les dérogations demandées soient cohérentes "avec les objectifs poursuivis par le service public de l'éducation et avec le projet d'école, il veille à ce qu'elles tiennent compte des élèves en situation de handicap et, lorsque les adaptations doivent être justifiées par les particularités du projet éducatif territorial, il s'assure de la qualité éducative des activités périscolaires proposées. Il vérifie également que l'organisation envisagée permet de garantir la régularité et la continuité des temps d'apprentissage et qu'elle prend en compte la globalité du temps de l'enfant, particulièrement lorsqu'il est en situation de handicap."
Les dérogations peuvent s'accompagner d'une adaptation locale du calendrier scolaire national.

Aller vite

Ce décret, entériné malgré un avis défavorable du Conseil supérieur de l'Éducation, signe-t-il la fin de la "réforme des rythmes" lancée à la rentrée 2013 et généralisée à la rentrée 2014 ?
Le transfert d’une partie du temps scolaire au mercredi matin pour faciliter les apprentissages s'était accompagné de la création de nouvelles activités périscolaires à une échelle jamais atteinte auparavant.
Le texte est clair, la volonté est d’aller vite, avec la proximité du début des vacances scolaires officielles. Avant même la publication du décret, un nombre important de collectivités avait déjà choisi le retour à la semaine de 4 jours, annoncé pour la rentrée 2017 ou celle de 2018.

Fatigue des enfants, réductions des dépenses (transports scolaires, activités périscolaires) sont les principales raisons invoquées. Pourtant un rapport du groupe du travail du Sénat publié il y a quelques jours a recommandé de ne pas revenir à la semaine de quatre jours, malgré les défauts de la réforme Peillon, signalés surtout en termes de méthode.

Ne pas aller « trop » vite

Au-delà des polémiques et des nombreux "couacs", un travail sincère de concertation autour de l’intérêt de l’enfant a été mené depuis 2013 dans la plupart des communes. Parents, enseignants, animateurs ont appris à se connaître et à travailler ensemble. Beaucoup d’énergie a été déployée localement pour élaborer des projets éducatifs de qualité. Des milliers d’emplois d’animateurs ont été créés.
Peut-on réellement en faire si rapidement table rase ?
Il est essentiel de prendre le temps de la réflexion, globalement, autour des temps de l’enfant et de son bien-être.
Le principal reproche fait à la réforme Peillon fut sa précipitation et son improvisation. Il serait dommage, quatre ans après, de faire de même en jetant le bébé avec l’eau du bain.

Roselyne Van Eecke

Commentaires (0)

Poster un commentaire

Vous êtes indentifié en tant qu'invité. Option de connection ci-dessous