tyrannie de l'apparence à l'adolescence

15 ressources autour de la tyrannie de l'apparence à l'adolescence

ARTICLES EN LIGNE

L’apparence physique mise à nu : histoire et actualités d’une discrimination
Par Hélène Jaffiol
Un dossier en ligne sur la dictature de l’apparence et l’influence des publicités, des films, des médias, des jouets, etc.

Jeunes : les stigmatisations de l’apparence
Par Olivier Galland, chercheur au Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique (Gemas – Paris-IV-CNRS) et chercheur associé au Laboratoire de sociologie quantitative (Crest-Insee).
Les jeunes sont sensibles au regard qu'on porte à leur image. L'apparence physique « poids, taille et look » constitue le motif principal des formes d'ostracisme dont ils se plaignent. Le racisme est une autre manifestation d'une discrimination liée à l'apparence. Un jeune sur quatre d'origine non européenne déclare avoir été victime de mauvais traitements liés à ses attaches étrangères. Cet article décrit ce sentiment placé entre stigmatisation et discrimination et analyse l'importance de l'apparence dans le processus de socialisation.

VIDÉOS

Être soi peu importe son physique
Un reportage de la chaîne Euronews sur l’apparence physique et l’impact sur les jeunes, à l’école, puis dans la vie professionnelle, qui traite également de l’estime de soi et de la confiance en soi.

L'apparence physique à travers le monde
Par Robin Wollast
Une vidéo issue du concours « Ma thèse en 180 secondes » sur la perception de l’apparence physique à travers le monde.

Canal et compagnie du 9 mars 2016
Une émission sur la construction de l’image de soi par les ados et la gestion de cette image sur les réseaux sociaux.

SITE INTERNET

Site Ado-Parlons santé
Ce portail québécois est une boîte à outils pour une meilleure estime de soi. Son objectif est de fournir de l’information fiable sur les questions que les ados se posent concernant divers aspects de leur vie et qui peuvent affecter leur santé mentale et physique.

Ado-Parlons santé
 

LIVRES

Le poids des apparences – Beauté, amour et gloire
Jean-François Amadieu, Odile Jacob, 8,90 € (2005)
Et si notre visage, notre corps, nos vêtements et notre allure jouaient un rôle essentiel dans notre destinée ? Et si l'apparence physique était un des facteurs les plus insidieux de discrimination sociale et de reproduction des inégalités ? L’auteur, professeur de sociologie de gestion des ressources humaines à l'université de Paris-Panthéon-Sorbonne propose un état des lieux édifiant s’appuyant sur large revue des études scientifiques menées à travers le monde.

La société du paraître – Les beaux, les jeunes et les autres
Jean-François Amadieu, Odile Jacob, 22,90 € (2016)
Jean-François Amadieu explore dans ce ivre un nouveau volet de l’impérialisme du paraître dans nos sociétés, en s’appuyant sur des enquêtes inédites concernant notamment les réseaux sociaux, le monde du travail, la politique ou la télévision. Il était inévitable que le culte de la beauté, de la minceur ou de la jeunesse finisse par provoquer des refus et des réactions dans l’opinion publique. Allons-nous enfin être libérés de la tyrannie des apparences ?

La construction sociale du corps
Christine Détrez, Seuil, 8,30 € (2002)
Support obligé de toutes les activités de l'individu, le corps est mis en jeu dans les interactions avec autrui, le travail, le sport, la santé, mais aussi dans les pratiques les plus intimes, l'hygiène, l'alimentation ou la sexualité. Ce livre tente d'articuler et de problématiser les réflexions que le corps a suscitées pour faire émerger une approche sociologique de cet objet paradoxal. Il interroge les représentations et les valeurs que le corps véhicule, les expressions du langage et les savoirs qui le façonnent, en particulier ses aspects les plus « naturels » et les plus personnels, de la façon de marcher à la manière de se moucher, de celle de se tenir à celle de se vêtir.

Le sentiment de soi. Histoire de la perception du corps (XVIe-XXe siècle)
Georges Vigarello, Seuil, 8,90 € (2016)
Yoga, méditation et autres techniques de bien-être : l'idée est aujourd'hui largement répandue que nous pouvons agir sur notre humeur et nos états d'âme par un travail sur le corps. Or cette idée a une histoire que Georges Vigarello révèle ici, proposant un parcours fascinant à travers l'histoire des représentations de l'intime. Il montre comment, à partir des Lumières, le corps en est venu à coïncider avec le moi, auparavant circonscrit à la pensée et à l'esprit. Cette conscience inédite s'exprime dans la notion nouvelle de sentiment de l'existence. Une conscience interrogée tout au long du XIXe siècle à travers le rêve, la folie, les effets de drogues, et qui devient, à partir du XXe siècle – de la relaxation aux exercices de prise de conscience, de la détente à l'étourdissement –, lieu de vertige autant que d'exploration de l'intime.

Anthropologie du corps et modernité
David Lebreton, PUF, 15 € (2013)
Nos sociétés font du corps une entreprise à gérer au mieux. À défaut de contrôler sa vie, on contrôle au moins son corps. Publié pour la première fois en 1990, cet ouvrage est devenu au fil de cette décennie « l’un des analyseurs majeurs des sociétés contemporaines, un fin révélateur du statut de l’individu ». L’homme occidental se découvre un corps, lieu privilégié du bien-être, du bien-paraître, signe de l’individu et de sa différence. Mais ce corps est aussi un lieu de précarité, de vieillissement qu’il faut combattre pour conjurer la perte et tenter de maîtriser l’insaisissable. Deviendrait-il une structure encombrante dont il faudrait se défaire ?

Accepter son corps et s'aimer
François Nef et Emmanuelle Hayward, Odile Jacob, 17 € (2008)
Comment se sentir bien dans son corps ? Les complexes physiques peuvent nous gâcher la vie, nous faire perdre confiance et nous gêner dans nos relations avec les autres. Les régimes, le sport, la mode, la chirurgie esthétique peuvent parfois nous aider, mais souvent ne suffisent pas. François Nef et Emmanuelle Hayward nous expliquent comment accepter notre corps et cesser de lutter contre lui. Il ne s'agit pas de dissimuler nos défauts ni de nous résigner à nos complexes, mais simplement d'oser être nous-mêmes. Ce livre nous donne aussi des conseils pour prévenir le risque d'insatisfaction physique chez nos enfants et les aider à s'épanouir. Pour enfin s'accepter et s'aimer physiquement. Pour être bien dans sa tête et dans son corps.

L'estime de soi – S'aimer pour mieux vivre avec les autres
Christophe André et François Lelord, Odile Jacob, 8,90 € (2008)
Il faut que nous soignions notre estime de nous-mêmes, notre « estime de soi », sans la minimiser ni la surdimensionner. C'est le cœur du bonheur ! On voit et on entend cela dans beaucoup de magazines écrits, parlés ou télévisuels ; et c'est normal, car dans une société où on parle de « ressources humaines » au lieu de personnes, il faut se pencher sur soi et se voir non comme une machine ou une bête de somme qui doit faire assez et assez vite, mais voir son être, lui redorer son blason à ses propres yeux spirituels et charnels, retrouver le goût de soi, le goût de vivre, le plaisir de se voir soi tel que l'on est ; bref chouchouter son « estime de soi ».

La tyrannie de la norme
Todd Rose, Belfond, 19 € (2007)
À l'école, à l'université, dans l'entreprise, l'important serait d'être dans la norme. Mais vous êtes-vous déjà posé la question : cette norme, à quoi correspond-elle ? Réponse : à rien ! Et pour cause. La norme est un mythe né au XIXe siècle d'une théorie de l' « homme moyen », considérée aujourd'hui comme absurde et dont les conséquences peuvent se révéler néfastes. L'apprentissage scolaire use de méthodes standardisées qui ne sont pas adaptées à nombre d'enfants ; les traitements médicaux les plus populaires ne sont efficaces que sur une proportion minime de patients ; les entreprises multiplient les tests de recrutement fondés sur des critères généralistes. À trop chercher à nous conformer à un être standard fabriqué de toutes pièces, ne sommes-nous pas en train de nous perdre ? Qu'en est-il de notre singularité ?

La tyrannie des apparences 
Valérie Clò, Buchet Chastel, 14 € (2015)
Pour ses 18 ans, Thalia reçoit de ses parents le plus beau des cadeaux : ses premières injections pour vieillir prématurément la peau. Elle sait qu’être jeune est la pire des conditions. Elle a beau teindre ses longs cheveux en gris, elle reste laide. Le monde a bien changé. La jeunesse est devenue maudite et chaotique. Désormais, la vraie vie commence à cinquante ans et le pouvoir est aux mains des anciens. Le père de Thalia, vieillard tout puissant, pense à l’avenir de sa fille et décide qu’il est grand temps de la marier à un homme d’âge mûr. En effet, rien n’est plus choquant et socialement déplacé que de s’unir entre jeunes... Thalia faillira-t-elle à l’ambition de son père ? Avec ce roman a contre-courant du jeunisme ambiant, Valérie Clò se moque d’une société esclave des apparences, en les inversant.

Accédez ici au numéro 187 de mars 2018 du Journal de l'Animation

> Ce hors-série du Journal de l'Animation peut vous intéresser : Les adolescents


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

400 fiches d'activités

Demande Numéro gratuit

Mon Journal-Bilan Directeur d'ACM