Aller au contenu principal
Catégorie d'info

La Défenseure des droits recommande de renforcer l'accès des enfants aux loisirs, au sport et à la culture

Chapo

En France, l’institution du Défenseur des droits est chargée notamment de veiller aux droits des enfants, et publie chaque année un rapport sur ce sujet. Ce 15 novembre a été publiée l’édition 2023, consacrée au droit aux loisirs, au sport, et à la culture.

Visuel
Image
Publié le
Corps

Les loisirs, c’est « le droit de ne rien faire », « un temps pour soi », « faire des activités, se balader, faire des jeux de société. Le sport, c’est pour se défouler, se dépenser. La culture, c’est l’art, aller au musée découvrir de nouvelles choses » ; « le droit aux loisirs c’est le droit de courir avec les copains »… Voici quelques paroles parmi celles des 3 800 enfants et jeunes de 3 à 21 ans, recueillies par l’institution du Défenseur des droits à travers la consultation nationale « J’ai des droits, entends-moi », un outil destiné à recueillir, tous les ans, la parole des enfants dans le cadre de l’élaboration de son rapport annuel relatif aux droits de l’enfant. Ce rapport, cette année, est consacré au droit des enfants au repos, aux loisirs, au sport et à la culture, des activités essentielles à leur développement, et à leur santé physique et mentale. Ce droit est inscrit dans la Convention internationale des droits de l’enfant à l’article 31.

Les constats, témoignages et suggestions des enfants sur différents aspects de leur droit au repos et aux loisirs ont nourri les réflexions portées par la Défenseure de droits Claire Hédon et le Défenseur des enfants, Éric Delemar et sont repris dans ce rapport (lire la synthèse du rapport ici).

Le rôle des inégalités économiques et territoriales

Les inégalités économiques et sociales sont le premier obstacle à l’accès de tous les enfants aux loisirs, à cause de leur coût, mais également des conditions de vie dans lesquelles vivent certains enfants. Malgré les aides financières existantes, les enfants des familles d’origine modeste font moins d’activités. 

Les inégalités territoriales sont aussi un obstacle : certains territoires, comme les territoires ruraux, ont beaucoup moins d’équipements et de lieux pour pratiquer des activités culturelles et sportives. Autre problème : le manque de transports en commun, qui empêche l’accès aux activités.

Adapter les activités aux situations de chaque enfant

Pour permettre à tous les enfants un accès aux loisirs, il est indispensable de s’adapter à leur situation, comme trouver des activités adaptées à l’âge des enfants, à leur santé ou leur handicap. Il est aussi important de combattre les stéréotypes de genre, car certaines activités sont encore considérées comme des « jeux de fille » ou « jeux de garçon », et des enfants ne pratiquent pas une activité par peur du jugement des autres. Des difficultés existent aussi pour les enfants transgenres, au sujet de leur accès à des lieux non-mixtes (vestiaires, toilettes…) : ils se voient par exemple refuser des inscriptions en colonie de vacances au motif de la non-mixité des chambres.

Des recommandations pour les pouvoirs publics et les acteurs de l’animation

Ce rapport 2023 devrait trouver un écho particulier auprès des professionnels de l’animation, des acteurs de l’éducation populaire et des structures qui, déjà, mènent des actions et des projets, innovants et ambitieux, en matière d’accès au droit des enfants et des jeunes aux loisirs, au sport et la culture. 

Parmi les trente recommandations pour mieux respecter ce droit émises par la Défenseure des droits et le Défenseur des enfants en direction des pouvoirs publics, on retiendra plus particulièrement :

  • Consacrer dans la loi l’obligation, pour les collectivités territoriales, d’établir un projet éducatif territorial pour organiser des activités périscolaires adaptées aux spécificités locales, accessibles financièrement pour les familles, permettant l’inclusion de tous les enfants et dont la qualité d’accueil garantit leur épanouissement par le recrutement de personnels dûment formés à cet effet (recommandation 4).
  • Augmenter les moyens budgétaires des centres d’hébergement pour adapter ces lieux de vie aux besoins des enfants et leur offrir des espaces de jeux et un accès à des activités récréatives, sportives et culturelles (recommandation 8).
  • Améliorer l’information concernant les aides pour le départ en vacances à tous et instaurer « un guichet unique numérique » centralisant les démarches pouvant être réalisées (recommandation 10).
  • Pour pallier le manque d’encadrants dans le secteur de l’animation, assurer la prise en charge financière des formations du brevet d’aptitude aux fonctions d’animateurs (Bafa) sous réserve d’un engagement de travail minimal (recommandation 11). 
  • Accroître le financement public des associations d’éducation populaire qui favorisent les démarches « d’aller vers » et des accompagnements sur le temps long des enfants les plus éloignés d’une pratique culturelle et sportive (recommandation 14).

Renforcer les campagnes de prévention et de lutte contre les LGBTIphobies dans les lieux d’accueils collectifs de mineurs, les centres de loisirs, les clubs et fédérations sportives et les inviter à apporter une réponse systématique et adaptée à tout comportement LGBTIphobe ; renforcer la formation des personnels éducatifs et la sensibilisation des jeunes aux questions liées aux sexualités et aux identités de genre ; garantir la prise en compte de l’identité de genre des enfants et mineurs dans l’accès aux espaces non-mixtes (recommandation 28).

Paragraphes

Un guide pour faire connaître et promouvoir les droits de l'enfant

Le guide pratique "50 activités et projets autour des droits de l'enfant", édité par Le Journal de l'Animation, propose des outils modulables et éprouvés sur le terrain permettant aux animateurs de connaître et comprendre les droits de l’enfant, de les faire découvrir aux jeunes qu'ils accueillent, et de les faire vivre. 

Composé de trois chapitres intitulés "Les droits de l'enfant à travers l'histoire", "Jouer avec les droits de l'enfant" et "Faire vivre le droit d'expression et de participation", il est disponible au tarif de 21,90 € sur notre boutique en ligne.

Titre :
La Défenseure des droits recommande de renforcer l'accès des enfants aux loisirs, au sport et à la culture
Auteur :
Isabelle Wackenier
Publication :
13 juillet 2024
Source :
https://www.jdanimation.fr/node/2120
Droits :
© Martin Média / Le Journal de l'Animation

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

©2023 Martin Média - Tous droits réservés 
Les contenus, vidéos, infographies et photographies de ce site ne peuvent être utilisés sans autorisation. 
Conception graphique et développement du site : Metropolitan Neo