Aller au contenu principal

Besoin de mixité en colo !

Chapo

La question de la mixité de genre en colo, comme dans la société, fait débat et la réponse apportée est bien souvent une absence de mixité, plutôt qu’une réflexion sur le sujet.

Visuel
Image
Droits
© Estelle Perdu
Publié le
Corps

Les organisateurs de colo sont rares à défendre l’idée que frères et sœurs peuvent dormir dans la même chambre, voire vivre dans le même groupe. Via son site internet, l’un impose un couchage séparé et ajoute : « Un frère et une sœur auront de multiples occasions de se retrouver en journée. » Un autre explique qu’« en fonction de la différence d’âge, il est possible que les enfants soient placés dans le même groupe », sinon il et elle seront séparés « en douceur ». La loi dit : « Les accueils avec hébergement […] doivent être organisés de façon à permettre aux filles et aux garçons âgés de plus de six ans de dormir dans des lieux séparés. » (article R227-6 du CASF)

Le ministère soutient une interprétation stricte de ce texte, impliquant une non-mixité au-delà de six ans. Mais dans le secteur et depuis des décennies, cet article fait débat entre les tenants des pédagogies traditionnelles, défenseurs d’une séparation organisée, et les militants des pédagogies nouvelles, défendant l’idée que les enfants apprennent l’altérité en la vivant. Entre ces deux bornes se situent différentes mesures imaginées par les acteurs des colos : autoriser la mixité de couchage des frères et sœurs, des enfants en situation de handicap, mais pas des ados, interdire toute chambre mixte en journée, autoriser la mixité lors de nuits à la belle étoile, etc.

Besoin de sécurité

Savoir avec qui et où l’on dort est un des points les plus importants pour rassurer les enfants (donc les parents) et permettre le départ en colo. Il s’agit là de répondre au besoin qui englobe tous les autres besoins fondamentaux (métabesoin) : le besoin de sécurité.

À cette théorie des besoins, les penseurs et penseuses du care ajoutent que : « les personnes perçues comme ayant des “besoins” sont celles qui sont les moins bien préparées à défendre leur capacité à affirmer quoi que ce soit quant à la nature de leurs besoins. Dans les débats sur les “besoins” des personnes, il arrive souvent que la majorité, les puissants ou les experts substituent leurs propres descriptions des besoins à la voix et aux conceptions de ceux qui sont affectés » (1). Et en colo, c’est souvent l’organisateur qui décide des besoins des enfants…

(1) Les pratiques politiques du care : les besoins et les droits, Julie A. White et Joan C. Tronto, Cahiers philosophiques n° 136 (2014).

Titre :
Besoin de mixité en colo !
Auteur :
Jean-Michel Bocquet
Publication :
21 juin 2024
Source :
https://www.jdanimation.fr/node/235
Droits :
© Martin Média / Le Journal de l'Animation

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

©2023 Martin Média - Tous droits réservés 
Les contenus, vidéos, infographies et photographies de ce site ne peuvent être utilisés sans autorisation. 
Conception graphique et développement du site : Metropolitan Neo