Aller au contenu principal

Glob’trotteur : sur les routes du vaste monde

Chapo

Certains jeunes peinent à sortir de leur quartier, d’autres hésitent à se confronter à l’autre, d’autres encore reculent devant tant d’obstacles placés sur le chemin de la mobilité. Une initiative originale de la Maison des jeunes et de la culture de Flers (Orne) propose à tous de voyager à travers un jeu de société… avant peut-être de prendre la route !

Visuel
Image
Droits
Toutes photos © MJC de Flers
Publié le
Corps

Tout excité après avoir ouvert le paquet déposé par la poste le matin même, le groupe de jeunes découvre le jeu de société qu’il contient. Manuella s’est saisie du livret ; Karim manipule déjà les cartes ; Erkan fait rouler le dé : « Vous avez vu, il y a seulement deux inscriptions : évènement et voyage » ; Édith détaille la fiche du profil voyageur… Très vite, la décision est prise, « Ça vous dit de faire une partie ? ». Sous la dictée de Manuella qui lit à haute voix le mode d’emploi, chacun a commencé par remplir sa fiche, en choisissant le pays qu’il a envie de visiter, le moyen de transport qu’il utiliserait pour s’y rendre et le parcourir.

Puis à tour de rôle, chaque joueur lance le dé. La face qui apparaît détermine dans quel tas il va falloir piocher. Soit dans les 398 « cartes pays » décrivant la culture, les spécialités culinaires, les coutumes locales de la contrée qu’il a sélectionnée parmi les 33 disponibles, soit dans ces 40 « cartes-actions » confrontant chaque joueur à un évènement qu’il devra gérer (seul ou en équipe). Ça y est, la partie est lancée. Tom a choisi la Grèce. Il lance le dé qui tombe sur « pays ». Il tire la carte correspondante. Il la lit tout haut et répond à la question qui y est posée. Son choix lui vaut un point à ajouter à l’une des cinq compétences considérées comme essentielles pour tout voyage à l’étranger : la connaissance culturelle.

Au tour de Célia de lancer le dé. Elle a opté pour la Lituanie. Mais, cette fois-ci, le hasard désigne « évènement ». Elle pioche et lit l’information portant sur la nécessité de se procurer une carte européenne d’assurance maladie : elle vient de gagner en « adaptabilité ». Les joueurs suivants lancent à leur tour le dé et puisent dans l’une ou l’autre des piles, gagnant ou perdant dans les deux compétences déjà évoquées ou l’une des trois autres : « gestion de son argent », « sociabilité », ou « langues étrangères ». Bienvenue dans l’univers de Glob’trotteur, en route pour le monde ! Si ce jeu de société présente bien des qualités en termes d’originalité, sa genèse n’en est pas moins dotée.

Présentation de Glob’Trotteur à Béatrice Angrand, présidente de l’agence du Service Civique.

Enfantement du projet

Tout est né d’un espace-temps bien particulier. L’espace en question, c’est la Maison des jeunes et de la culture de Flers (Orne). Un centre socioculturel comme il en existe partout en France, peut-on penser au premier abord, avec ses publics âgés de 3 ans jusqu’au doyen de 98 ans. Mais ce qu’on ne retrouve pas forcément chez les 1 284 autres structures existantes sur notre territoire, c’est cette tradition d’échanges culturels européens qui, amorcée dans les années 1970, n’a cessé de croître, au point d’en pénétrer son ADN.

Aujourd’hui, cette MJC coordonne dans la région Normandie une quinzaine de lieux d’accueil institutionnels pour des volontaires européens en provenance de tout le continent, voire ailleurs. Depuis 2000, c’est près de 80 jeunes Ornais qui ont séjourné dans un pays partenaire et presque autant de jeunes étrangers qui ont été reçus. La conception d’un outil pédagogique favorisant l’interculturalité destiné à préparer un séjour dans un autre pays ne pouvait pas trouver meilleure localisation pour émerger qu’un centre faisant fonctionner depuis vingt ans un secteur « jeunesse et mobilité internationale » !

Paragraphes

La boîte de jeu Glob’Trotteur

La boîte du jeu comprend : un livret de jeu, des fiches Profil de voyageur, 398 cartes Pays, 42 cartes Événement, un dé, 50 jetons monnaie et des élastiques. Un livret d’utilisation à destination des professionnels et une carte qui peut servir de plateau de jeu sont également disponibles en téléchargement sur le site de la MJC.
Tarif : professionnels, 50 € ; particuliers, 35 €. Frais de port : 8 €. 
Commandes à passer sur https://mjc-flers.fr/acquisition-et-contact/

 

Maintenant que l’espace a été défini, posons-nous la question du temps qu’il a fallu trouver pour se consacrer à un projet qui ne pouvait qu’en demander beaucoup. « Nous avons profité du confinement de novembre 2020, alors que toutes les activités étaient paralysées, pour monter ce projet », explique Clara Guy, animatrice de cette MJC où elle est en charge justement de la coordination de la mobilité internationale. Suspension des interventions de terrain et intérêt décuplé pour les jeux de société en cette période où chacun était contraint de rester chez soi : ce moment très particulier se prêtait tout à fait à se consacrer à une démarche particulièrement chronophage. Et, de fait, il a fallu sept mois d’un travail collectif intensif pour écrire les près de 440 cartes du jeu, renseignant sur l’identité de chaque pays ou lançant un défi. Ce travail a été piloté par Axel Peltier, jeune volontaire en service civique. Mais, si la réussite d’un tel pari dépendait d’un fort investissement humain, il lui fallait tout autant bénéficier d’une méthodologie particulièrement opérante.

Le processus de création

La première étape du projet est passée par un questionnaire diffusé aux adhérents de la MJC, aux professionnels, ainsi qu’aux jeunes : quelle utilité pouvait avoir un tel jeu ? Quelles devaient être ses caractéristiques techniques : en ligne, en plateau ? Quel prix maximum ne devait-il pas dépasser ? Etc. Grâce aux 80 réponses reçues, l’architecture initialement projetée a été confirmée, complétée, améliorée. Le public cible a notamment été réaffirmé. Ce seraient ces jeunes de 16 à 30 ans, parmi les plus éloignés des dispositifs de mobilité internationale, notamment en milieu rural pour qui partir peut parfois être inimaginable : celles et ceux désignés par l’Union européenne comme « Jamo » (jeunes ayant le moins d’opportunités), du fait de leur situation de handicap, de leur origine sociale défavorisée ou de leur appartenance à une région moins dynamique.

La création du jeu avec Samuel Gerault, ludothécaire de Flers.

À la MJC de Flers, ils sont plutôt désignés sous l’appellation moins stigmatisante de « jeunes invisibles ». « Les jeunes que nous accompagnons dans leur projet de mobilité sont aussi bien titulaires d’un Bac + 5 que décrocheurs scolaires. Si nous ne faisons pas de différence, nous répondons néanmoins aux critères des appels à projet qui se focalisent sur les Jamo », explique Clara Guy. Si Glob’trotteur a donc bien une dimension sociale, il se devait aussi et surtout de répondre aux exigences de cette éducation non formelle favorisant un apprentissage ludique et accessible, se dotant pour cela de règles simples. Il devait apprendre sur le voyage et sur la culture de pays étrangers, tout en permettant aux joueurs de passer un bon moment. Il devait permettre d’abord de voyager de manière fictive, avant peut-être de franchir le pas de la mobilité. Le jeu devait pouvoir être utilisé tant par les jeunes que les professionnels avec les groupes de contrats engagement jeunes (Mission locale par exemple), en milieu scolaire (du collège jusqu’à l’université), dans les structures jeunesse (clubs et accueils de jeunes, ludothèques…) ou encore lors d’évènements ponctuels (forums, festivals…).

Compétition ou coopération ?

Faut-il gagner ou pas dans ce jeu ? Certaines épreuves stimulent les capacités individuelles, d’autres favorisent la collaboration de toute l’équipe de joueurs. Plutôt que de couronner un seul gagnant à la fin de la partie, ce sont cinq vainqueurs qui sont désignés : un par compétence. Celui ou celle qui a cumulé le plus de points en se montrant le plus adaptable. Idem pour les capacités en sociabilité, en apprentissage de la langue du pays visité, en connaissance de sa culture et en gestion du budget du voyageur. De quoi satisfaire les adeptes tant d’un match âprement disputé que d’une participation collaborative.

Un travail collectif

Avant de passer à l’étape de la conception qui débuta en mars 2021, deux qualités professionnelles complémentaires ont été sollicitées. Celle, tout d’abord, de Samuel Gerault, ludothécaire qui a accepté bien volontiers de mettre à disposition son expérience en matière de jeux de société. Celle aussi d’Héloïse Goude, illustratrice professionnelle et intervenante à la MJC, qui s’est chargée de la charte graphique et visuelle. Il a fallu ensuite chercher les financements. Dès le mois de novembre 2021, le prototype a pu être présenté. Les démarches auprès de la Caisse d’allocations familiales, de la région Normandie, de la ville de Flers et du Crédit Mutuel ont emporté leur approbation. Les subventions sollicitées ont été attribuées rapidement.

Il ne restait plus qu’à passer à la production. L’imprimeur a reçu sa commande en janvier 2022. Et les 500 premiers exemplaires ont été livrés le 15 mars 2022.

Le Crédit Mutuel a soutenu financièrement la création du jeu Glob’trotteur.

Place à la promotion. Présence à TOC 3 à Alençon, à la Foire aux outils pédagogiques de Marseille, au salon Rennes en jeux, à Jouons ! organisé à Mondeville et bientôt à Clermont-Ferrand lors d’une rencontre dédiée à la jeunesse rurale. Aujourd’hui, une centaine de jeux ont été vendus. Missions locales, Point d’information jeunesse, institutions d’action sociale, associations travaillant avec les jeunes… les retours sont encourageants, les suggestions d’amélioration pertinentes. « Les demandes de conseils sur la menée de jeux ont été satisfaites sous la forme d’un livret d’utilisation à destination des professionnels mis en ligne sur le site de la MJC », explique Loïs Legoff, nouvelle stagiaire en charge de la communication.

Quant à la version attendue en anglais, elle devrait trouver une réponse prochaine, grâce au recrutement d’un volontaire européen pratiquant régulièrement la langue de Shakespeare. Alternative créative aux blocages liés au confrinement ; œuvre collective de tout un groupe mobilisé dans la conception et la mise en œuvre de ce projet ; produit final plein d’ingéniosité et de pertinence ; outil ludique et pédagogique mis au service du voyage ; support permettant de déconstruire les stéréotypes nationaux et de promouvoir la fraternité entre les peuples… la belle aventure de Glob’trotteur mérite vraiment ce coup de projecteur !

Glob’Trotteur a été testé par des volontaires des MJC de Flers et de Vire avant d’être finalisé et imprimé en mars 2022.

MJC de Flers

Mél : jeunesseatmjc-flers [dot] fr (jeunesse[at]mjc-flers[dot]fr) 
Site : https://mjc-flers.fr/globtrotteur/

Formats

Titre :
Glob’trotteur : sur les routes du vaste monde
Auteur :
Jacques Trémintin
Publication :
20 février 2024
Source :
https://www.jdanimation.fr/node/172
Droits :
© Martin Média / Le Journal de l'Animation

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

©2023 Martin Média - Tous droits réservés 
Les contenus, vidéos, infographies et photographies de ce site ne peuvent être utilisés sans autorisation. 
Conception graphique et développement du site : Metropolitan Neo