Aller au contenu principal
Catégorie d'info

12 ressources autour du débat et de l'argumentation

Chapo

Voici une sélection de livres et de vidéos qui complètent le dossier "De la polémique au dialogue : éduquer à la dispute" paru dans le numéro 238 du Journal de l'Animation (avril 2023).

Visuel
Image
Publié le
Corps

LIVRES

Petite philosophie des arguments fallacieux
Luc de Brabandère, Eyrolles, 14 € (2021)
Une argumentation est vraisemblable et valide à condition que les concepts utilisés soient clairs et utiles, que les prémisses soient vraies et que la logique du raisonnement s’appuie sur des bases certaines. À l’inverse, les sophismes sont à l’argumentation ce que le mensonge est à l’affirmation. Pour Luc de Brabandère, s’y opposer nécessite de cultiver cette pensée critique qui se donne comme ambition de combattre les slogans, les stéréotypes, les lieux communs, mais aussi la superstition, la crédulité, le sectarisme, la confusion, le dogmatisme, le manichéisme, le simplisme, le prêt à penser, les vœux pieux. Il y a là un objectif indépassable : débusquer et se protéger des stratagèmes favorisant les idées toxiques. Quelle que soit la qualité d’un concept, il doit être confronté à autrui.

Le courage de la nuance
Jean Birnbaum, Seuil, 14 € (2021)
L’époque est à la polarisation idéologique et à l’argumentation manichéenne : chacun est sommé de rejoindre tel ou tel camp et de prouver de quel bord il est. De féroces prêcheurs préfèrent attiser les haines plutôt que d’éclairer les esprits, le combat se substituant au débat. Jean Birnbaum le proclame avec force : il n’y a pas plus radical que la nuance, plus courageux que la mesure et plus lucide que de saisir la réalité dans sa complexité.
Aucune vérité ne doit être tue ou occultée, sous prétexte de ne pas faire le jeu de l’adversaire. Aucun argument honnête et intelligent ne doit être récusé, en raison de son utilisation par celui dont on ne partage pas l’opinion. Il n’est pas dégradant de reconnaître qu’un contradicteur peut avoir ponctuellement raison. La bêtise n’est en aucun cas réservée à un clan, étant constitutive de toute posture militante obtuse.

De la gentillesse et du courage
Gianrico Carofligio, Les Arènes, 12 € (2021)
Répondre par la violence à une thèse elle-même violente est contre-productif, n’aboutissant qu’à l’exacerbation stérile des échanges. La meilleure façon de réagir, selon Gianrico Carofligio ? La gentillesse. Non en usant de civilité, de politesse ou de bonnes manières, mais bien plutôt en faisant preuve de souplesse et de flexibilité. Non pour se dérober au conflit, mais pour l’accepter et éviter d’en faire un moment destructeur, en y intégrant des règles. Non avec l’intention d’éliminer son contradicteur, mais de s’enrichir à son contact.
Comment ? En utilisant des expressions exemptes d’ambiguïtés ; en s’en tenant à ce qui a été explicitement exposé ; en se plaçant en état d’attention, de disponibilité au débat et d’ouverture à de nouvelles perspectives. Habituons-nous à l’idée que nous passons une bonne partie de notre vie à avoir tort !

Les conspirateurs du silence
Marylin Maeso, L’Observatoire, 16 € (2018)
Les médias et les réseaux sociaux nous offrent, depuis quelques années, le spectacle d’une lente et douloureuse métamorphose d’un débat qui se mue en polémique agressive. Ces altercations sont à l’échange d’idées ce que le parlement est au champ de bataille, la rhétorique à la tactique militaire et la maîtrise oratoire au tank. Les préjugés se substituent à la rencontre, le procès d’intention au travail exigeant de la pensée et la réaction viscérale à la réflexion. Pourtant, de telles postures ne constituent pas une fatalité.
Comme l’avance Marylin Maeso dans cet ouvrage, on peut faire le choix d’accueillir des opinions différentes et discordantes. C’est une richesse et une manière de se confronter à l’épreuve de l’altérité. C’est ouvrir une porte sur d’autres intériorités. C’est partager des arguments et accepter de se soumettre au débat contradictoire. C’est apprendre de l’hétérogénéité.

Doper son esprit critique
Emmanuel-Juste Duits, Chronique Sociale, 14,90 € (2022)
Penser contre soi-même est la condition d’une pensée et d’une action éclairées et informées, car cela permet de s’arracher à ses idées toutes faites, et aux opinions dont on a hérité de son milieu, sans les examiner de façon critique. C’est un mouvement de révolte intérieure, l’individu doit alors combattre sa pente naturelle : ordinairement, chacun va vers le confort intellectuel qui consiste à confirmer ses choix politiques, religieux, son mode de vie. Il ne cherche pas à les mettre en doute mais à les conforter par tous les moyens ! Sans mettre réellement à l’épreuve ses idées, comment savoir si elles sont vraies ? À rebours du climat de frilosité et de la fragmentation ambiante, il est urgent, selon Emmanuel-Juste Duits, d’accélérer une prise de conscience résolument positive et pratique, articulée sur la mise en œuvre de nouveaux lieux d’échanges et de confrontations constructives et inspirantes.

Manuel du travailleur social sceptique
Laurent Puech, Book-e-Book, 11 € (2022)
Le sentiment de bienveillance qui imprègne les professionnels dans leur action est-il en phase avec la perception de bientraitance éprouvée par les personnes accompagnées ? Cette question, qui est rarement posée, est traitée avec habileté par Laurent Puech. S’appuyant sur la méthode zététique, il pose un postulat contre-intuitif : pour penser au mieux, mieux vaut penser contre soi. Loin de relever de l’autoflagellation, cette démarche se donne pour ambition de réduire les écarts entre les perceptions et les intuitions des professionnels et le réel de la situation qui se présente à eux. Cela passe par des postures qui cultivent la prudence, les précautions et la retenue : prendre la mesure de l’incertitude, favoriser l’expression d’alternatives possibles, vérifier la crédibilité d’une information et les compétences de son auteur.

VIDÉOS

La nuance dans tous ses états
Jean Birnbaum, auteur de l‘essai Le courage de la nuance, explique dans cette interview la genèse de l’écriture de son livre : rendre compte de la fraternité souterraine de tous ceux qui étouffent parmi celles et ceux qui sont persuadés avoir raison.

L’importance de la nuance selon Étienne Klein
« Un propos nuancé donne l’impression de se fragiliser. » Les réseaux sociaux privilégient la radicalisation des positions. La prudence ne fait pas autant de buzz que la haine. Le clash est plus entendu que la nuance. Il est plus facile de haïr que d’y réfléchir. Interrogé par le média Brut, Étienne Klein, physicien et philosophe commente avec sagesse et… nuance.

Éloge de la disputatio
Guilhem Causse, professeur de philosophie, présente dans cette vidéo de la chaîne Disputatio contemporaine le concept de disputatio. Il évoque l’art et la manière de s’approprier une argumentation adverse, pour mieux approfondir et comprendre les différentes positions. Cette technique initiée au Moyen-Âge est de retour… après avoir disparu sous le poids de la prétention individuelle à vouloir briller.

Le débat mouvant
Cette courte vidéo explique comment organiser un débat en le visualisant dans l’espace, grâce à la technique du débat mouvant. Il s’agit de soumettre une proposition à un groupe, puis de demander aux participants de prendre physiquement position pour ou contre elle, en allant d'un côté ou de l'autre de la salle, avant de les laisser changer de côté au gré de leur adhésion ou de leur opposition aux différents arguments proposés.

La logique fallacieuse
Quels sont différents arguments fallacieux employés lors des débats, notamment les arguments faisant autorité, la pente glissante, les appels à la tradition, les attaques personnelles, les faux dilemmes et les arguments bidons ? C’est ce qui est expliqué dans cette vidéo publiée par la chaîne québécoise Civix sur YouTube.

Qu'est-ce qu'un sophisme ?
Il semble important de savoir ce que sont les sophismes et d’être capable de les reconnaître, afin de ne pas se faire tromper lors d'un débat ou d'un discours. Cette vidéo de la chaîne YouTube Virgule (consacrée notamment à la philosophie) permet de reconnaître des faux arguments et d’éviter de les utiliser, afin de rendre le discours public et privé plus logique et moins sujet à interprétation.

> Retrouvez ici le n° 238 du Journal de l’Animation (avril 2023)

Titre :
12 ressources autour du débat et de l'argumentation
Auteur :
Jacques Trémintin
Publication :
2 mars 2024
Source :
https://www.jdanimation.fr/node/1195
Droits :
© Martin Média / Le Journal de l'Animation

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

©2023 Martin Média - Tous droits réservés 
Les contenus, vidéos, infographies et photographies de ce site ne peuvent être utilisés sans autorisation. 
Conception graphique et développement du site : Metropolitan Neo