Aller au contenu principal
Catégorie d'info

Hexopée exprime son opposition à la réforme des retraites

Chapo

Le conseil d’administration du syndicat d’employeurs de l’Éducation populaire et de l’Économie sociale et solidaire dénonce la volonté du Gouvernement d’allonger la durée du travail à 64 ans et ses conséquences pour les salariés et structures de l’ESS.

Visuel
Image
Publié le
Corps

"Les employeurs de l’Éducation populaire sont stupéfaits par cette réforme, tant par la méthode du Gouvernement que par le contenu du texte qui heurtent nos consciences humanistes. Mais aussi vis-à-vis des salariés exerçant des métiers difficiles, vis-à-vis de l’idée que nous nous faisons du dialogue social comme entrepreneurs d’intérêt général, et alors que d’autres pistes peuvent être explorées, sur les cotisations notamment, pour parer à toute difficulté réelle ou supposée des comptes du système de retraites. Nous affirmons notre solidarité avec les mobilisations contre ce projet de réforme et appelons le Gouvernement à rouvrir les discussions avec les organisations patronales et de salariés." Didier Jacquemain, président d'Hexopée, syndicat des employeurs de l’Éducation populaire et de l’Economie sociale et solidaire (ESS), ne mâche pas ses mots pour affirmer son opposition au projet de réforme des retraites portée par le gouvernement d’Elisabeth Borne, et actuellement discutée à l’Assemblée nationale.

Il se fait ainsi le porte-parole de son conseil d’administration (CA), qui a publié durant la deuxième quinzaine de janvier un communiqué de presse pour dire toute son opposition à la volonté du gouvernement d’allonger la durée du travail à 64 ans.

Dans ce communiqué, le conseil d’administration d’Hexopée qualifie cette réforme d’"inutile", pour plusieurs raisons :
"• Le Fonds de réserve pour les retraites et les réserves des caisses complémentaires sont dotés de plus de 140 milliards d’euros, préservant à eux seuls la pérennité financière du système de retraites par répartition ;
• L’augmentation de l’âge de départ à la retraite ne règle aucunement la question de l’emploi des séniors, dont 56% seulement sont en emploi après 55 ans. Elle risque même de l'empirer alors que l’apport de cotisations supplémentaires par la création d’emplois reste la meilleure manière d’équilibrer les caisses de retraites : résoudre le sous-emploi des séniors aura un effet mécanique sur les caisses de prévoyance et les recettes fiscales et sociales ;
• Le projet de réforme ne réglant aucune question liée à l’emploi des séniors, les autres caisses vont en contrepartie devoir supporter les effets différés de l’allongement : chômage, RSA, maladie..."

Le CA d’Hexopée insiste également sur la brutalité de cette réforme, rappelant que "les organisations représentantes des salariés ont manifesté unanimement leur opposition à ce projet". Il ajoute que "la rapidité de sa mise en œuvre, notamment l’accélération de la réforme Touraine , vient heurter directement les parcours de vie construits par les salariés séniors. Enfin, cette réforme injuste méconnaît les statistiques sur l’espérance de vie, notamment en bonne santé."

Des risques pour les associations et pour les salariés

Les administrateurs d’Hexopée s’inquiètent également des risques que fait peser le projet de réforme sur l’ensemble de l’Économie sociale et solidaire, et "en particulier sur nos structures associatives". Ils rappellent que "les retraités représentent 42% du volume des bénévoles associatifs (…) et composent une part essentielle de leurs gouvernances en prenant en charge des missions importantes, des compétences et leur transmission."
Le projet gouvernemental "impacte aussi les autres fonctions assurées par les retraités en tant que bénévoles dans nos structures, ce qui risque de mettre en difficulté la tenue des activités, la conduite du projet associatif, l’encadrement des publics et la coparentalité auprès des actifs, conduisant à une aggravation du délitement des liens sociaux."
Enfin, le CA dénonce les "risques pour la santé et la sécurité des salariés de l’Éducation populaire et plus globalement de l’ESS. Les métiers pratiqués par nos structures, souvent méconsidérés par les pouvoirs publics, figurent dans les activités du lien social et de l’émancipation dont la pénibilité est documentée. L’allongement de la durée du travail jusqu’à 64 ans prévue n’apparaît ni souhaitable, ni tenable pour les milliers de salariés de nos branches."

D’autres pistes pour accroître les recettes

Pour "maintenir la retraite comme un temps de la vie libéré du salariat et propice à l’exercice d’activités bénéfiques pour toute la société", Hexopée affirme que "l’âge de départ à la retraite peut être maintenu à 62 ans et que d’autres pistes de pérennisation du système de retraites par répartition peuvent être explorées". Le Conseil d’administration indique ainsi que la question centrale du système repose sur l’accroissement des recettes. Pour lui, ces dernières peuvent être trouvées :
"• en travaillant sur les créations d’emplois pour les jeunes et le maintien dans l’emploi des séniors ;
• par un travail sur les cotisations qui, proportionnelles aux revenus, ont le mérite d’être socialement justes et par de nouvelles recettes contributives ou non contributives
• par une meilleure progressivité de la CSG."
En conclusion, le CA d’Hexopée demande au Gouvernement de "retirer son projet de réforme des retraites et d’ouvrir sans tarder un cycle de négociation avec les organisations représentatives des salariés et des employeurs pour explorer toutes ces pistes permettant de travailler sur le volume et le montant des cotisations retraite."

Titre :
Hexopée exprime son opposition à la réforme des retraites
Auteur :
David Jecko
Publication :
14 juin 2024
Source :
https://www.jdanimation.fr/node/1178
Droits :
© Martin Média / Le Journal de l'Animation

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

©2023 Martin Média - Tous droits réservés 
Les contenus, vidéos, infographies et photographies de ce site ne peuvent être utilisés sans autorisation. 
Conception graphique et développement du site : Metropolitan Neo