Aller au contenu principal
Catégorie d'info

35 ressources autour des migrations et des personnes migrantes

Chapo

Voici une sélection de sites, livres, vidéos… pour prolonger le dossier action paru dans Le Journal de l’Animation n° 221 (septembre 2021) sur le thème "Migrants : oser la rencontre".

Visuel
Image
Publié le
Corps

SITES INTERNET

InfoMigrants
InfoMigrants est un site d’information destiné à lutter contre la désinformation dont sont victimes les migrants où qu’ils se trouvent : dans leur pays d’origine, sur la route, ou déjà dans le pays où ils espèrent bâtir une nouvelle vie. Pour s’adresser au plus large public possible, il se décline en trois langues, français, arabe et anglais.
InfoMigrants est piloté par trois grands médias européens : France Médias Monde, la chaîne allemande d’information Deutsche Welle, et l’agence de presse italienne ANSA. Il est co-financé avec l’Union Européenne.

SOS Méditerranée
"Sauver, protéger, témoigner", c’est la mission de l’ONG SOS Méditerranée. Les bénévoles des 16 antennes locales sur tout le territoire interviennent dans les écoles mais aussi les séjours de vacances et accueils de loisirs pour sensibiliser les différents publics. L’ONG édite des petits guides comme Stop aux fake news et a lancé une campagne de mobilisation citoyenne à l’échelle européenne Tous sauveurs avec des événements culturels et une exposition photo itinérante.

La Cimade
La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec les personnes opprimées et exploitées. Elle défend la dignité et les droits des personnes réfugiées et migrantes, quelles que soient leurs origines, leurs opinions politiques ou leurs convictions.
Chaque année, La Cimade accueille dans ses permanences plus de 110 000 personnes migrantes, réfugiées ou en demande d’asile. Elle héberge près de 200 personnes dans ses centres de Béziers et de Massy. Présente dans 8 centres de rétention administrative pour accompagner et aider les personnes enfermées dans l’exercice de leurs droits, La Cimade agit également dans 75 établissements pénitentiaires.
La Cimade intervient auprès des responsables politiques par des actions de plaidoyer. Elle informe et sensibilise l’opinion publique sur les réalités migratoires : mobilisations, presse, site Internet, réseaux sociaux, festival Migrant’scène. Elle construit des propositions pour changer les politiques migratoires.

France Terre d’Asile
L'association a principalement pour but le maintien et le développement d'une des plus anciennes traditions françaises, celle de l'asile et de garantir en France l'application de toutes les conventions internationales pertinentes. Pour l'association, il s'agit d'aider toutes les personnes en situation de migrations de droit, en particulier celles répondant aux définitions de « réfugié » et « d'apatride », ainsi que les personnes ne bénéficiant pas de ces statuts légaux.

Un livret sur les migrations
Le livret Nous sommes avant tout des enfants - Stop aux idées reçues sur les enfants et les personnes migrantes, réalisé par Solidarité laïque, le SNUipp-FSU et la FCPE, a pour objectif de soulever les principales questions et idées reçues que chacun peut avoir sur les personnes migrantes : un rappel du droit, des définitions claires, des témoignages et de "l’incitation" à l’action sont organisés à partir de clichés souvent entendus sur les personnes migrantes. Cette brochure met l’accent sur les droits de l’enfant, une thématique qui peut être une porte d’entrée le 20 novembre, journée internationale des droits de l’enfant, pour aborder la question des migrations avec les enfants, à travers des petites activités (ateliers abécédaire, calligramme ; cuisine ; musique ; jeux, sports).

FILMS

Ceux qu’on ne voit pas
Pauline Poulain et Bénédicte Vacquerel, 58 min (2017)
Ce film documentaire de la Cimade retrace les parcours de personnes exilées à Caen. Celles-ci racontent comment elles sont arrivées en Normandie et comment elles parviennent, malgré la violence de la machine administrative et le sentiment d’abandon par les autorités publiques, à y recréer un espace de vie intime. Le film témoigne des rêves de ces personnes en exil, de leurs déceptions et des belles rencontres qui naissent de mobilisations à leur égard.

Tous les hommes qui voulaient voyager
Cumulo Nimbus, Trombone et La Cimade Sud-Ouest, 12 min (2017)
Ce film d’animation destiné aux 6-11 ans a été créé à partir de dessins d’enfants et de leurs prises de parole recueillies dans le cadre d’ateliers sur la question des migrations. Les enfants (dont certains font référence à leur propre parcours migratoire) s’expriment sur plusieurs thématiques : les causes du départ, la difficulté de quitter son pays, ce que l’on découvre, qui peut voyager, l’accueil etc.
D’autres courts-métrages de sensibilisation sont disponibles sur le site de la Cimade, dans la rubrique "sensibilisation".

Les mots de Taj
Réalisé par Dominique Choisy. La Voie Lactée. Sortie en salles à l'automne 2021.
Tajamul est un ancien mineur isolé étranger. Il est arrivé en France à 14 ans après avoir fui l’Afghanistan. Son périple a duré presque 14 mois... Le réalisateur Dominique Choisy, qui l'a adopté, a accompagné les pas de Tajamul dans un voyage de retour vers son pays d'origine. Ils sont partis de France pour traverser la Suisse, l’Autriche, la Hongrie, la Serbie, la Macédoine, la Grèce, la Turquie, l’Iran et finalement "retourner" en Afghanistan. Tout au long de ce périple, Taj déroule, avec ses mots, et aussi à travers de nombreuses rencontres, le fil de ce qu’il a vécu : l’espoir fou qui l’a porté, mais aussi la peur, la tristesse, la violence… Mais Taj ne se plaint pas. Il estime qu’il est de son devoir de prendre la parole, pour celles et ceux qui n’en ont plus, pour celles et ceux à qui on n’accorde même pas le droit d’être des humains et de s’exprimer. Ce film sortira en salles à l'automne. Nous vous invitons à télécharger un document pédagogique que nous avons créé, afin de vous permettre de préparer la vision de ce documentaire avec un groupe d'adolescents ou d'adultes.

LIVRES

Une revue

Revue XXI – Dans l’intimité du siècle
N° 54 – printemps 2021, 19 €
Le revue XXI propose un reportage de la journaliste Léna Mauger et de la photojournaliste Véronique de Viguerie qui ont mené l'enquête pour retrouver un taliban aux yeux verts dont la photo, prise en 2006, a fait le tour du monde. L’article "Le taliban inconnu" relate le voyage à l’envers de la photojournaliste pour retrouver le taliban qu’elle a photographié il y a 15 ans... Des ressources "pour aller plus loin" en fin d’article permettent de s’informer sur l’Afghanistan.

Des BD et romans graphiques

Les nouvelles de la jungle de Calais
Lisa Mandel et Yasmine Bouagga, Casterman, 18 € (2017)
Lisa Mandel (la dessinatrice) et Yasmine Bouagga (la sociologue) se sont rendues dans la "jungle" de Calais durant un an. Elles témoignent avec humour – et sans misérabilisme – du travail quotidien des associations pour soulager la détresse de ces milliers d’hommes, de femmes et d'enfants qui fuient la guerre. Une enquête de terrain pour découvrir et comprendre l'accueil réservé aux réfugiés en France, pays des droits de l'Homme...

Chez toi
Sandrine Martin, Casterman, 23 € (2021)
En 2016, Sandrine Martin s’est rendue en Grèce avec le projet EU Border Care et a suivi les sages-femmes et les médecins qui prennent en charge les réfugiées pendant leur grossesse. Cette expérience humaine marquante lui a inspiré un récit bouleversant qui entremêle le parcours de deux femmes que les grandes crises contemporaines vont confronter à l’exil : une sage-femme grecque et une jeune syrienne.

À bord de l’Aquarius
Lelio Bonaccorso et Marco Rizzo, Futuropolis, 19 € (2019)
L’Aquarius est un bateau humanitaire qui parcourt la Méditerranée pour secourir des migrants. En juin 2018, l’Italie et la France lui refusaient d’accoster, condamnant le navire à une errance de 9 jours, mettant ainsi en lumière les ambigüités des gouvernements européens sur la politique d’accueil des réfugiés.

Chez nous… paroles de réfugiés
Lelio Bonaccorso et Marco Rizzo, Futuropolis, 18 € (2021)
À la suite d’À bord de l’Aquarius, Marco Rizzo et Lelio Bonaccorso sont allés en Calabre pour témoigner de l’accueil fait aux migrants en Italie. La Calabre est l’une des régions italiennes les plus touchées par le chômage mais également l’une des plus hospitalières pour les réfugiés.
Les auteurs ont rencontré les humanitaires, les autochtones et les réfugiés. Ils racontent les tragédies liées à ces situations dramatiques, les cauchemars bureaucratiques et les horreurs quotidiennes. Ils témoignent aussi du succès de certaines politiques privilégiant un accueil digne et une volonté d’intégration de ces migrants.

Des essais

La France qui accueille
Dominique Chivot et Jean-François Corty, éditions de l’Atelier, 15 € (2018)
Cet ouvrage présente un tour de France des expériences réelles d’accueil de réfugiés et de migrants qui ont lieu aujourd’hui en France. Une dizaine de récits d’expérience donne la possibilité de mettre un pied dans le réel. En racontant l’accueil, ce livre sort du simple débat d’idées du pour ou contre. Ce livre a été réalisé en partenariat avec Emmaüs France, Emmaüs Solidarité, Fonds de dotation agnès b., Médecins du Monde, Secours catholique.

Les damnées de la mer
Camille Schmoll, La découverte, 20 € (2020)
Les femmes sont nombreuses à quitter leur foyer et leurs proches, et à entreprendre la longue traversée du désert et de la Méditerranée. Fondé sur une recherche menée aux marges de l’Europe, en Italie et à Malte, ce livre est une enquête sur la trace des survivantes de la migration. Au fil des récits recueillis, il restitue leurs parcours, de déchirements en errance, de rencontres en opportunités.

On a tous un ami noir
François Gemenne, Fayard, 17 € (2020)
François Gemenne enseigne les politiques du climat et des migrations dans différentes universités, notamment à Sciences Po et à Bruxelles. Chercheur du FNRS à l’Université de Liège, il y dirige l’Observatoire Hugo, un centre de recherche sur l’environnement et les migrations.
Son ouvrage tente "d’apaiser" le lecteur sur le sujet de l’immigration : les débats sur ces sujets sont devenus tendus, polarisés et passionnels, tandis que la parole raciste s’est libérée, relayée avec force par des activistes identitaires.
Ce livre a pour ambition de montrer qu’il est possible de penser ces sujets de manière rationnelle, en les éclairant de réflexions et de faits qui sont bien trop souvent absents des débats. Pour l’auteur, les questions d’identité collective doivent être des enjeux qui nous rassemblent, plutôt que des clivages qui nous opposent. À condition de reconnaître et d’affronter les problèmes structurels de racisme dans nos sociétés.

Des témoignages

Je voulais une chance de vivre
Jean-François Roger et Noémie Paté, éditions de l’Atelier, 2020 (16 €)
L’ambition de ce livre est de donner un visage et une voix à ces jeunes dits "mineurs non accompagnés", au travers de 11 récits personnels. Des garçons, mais aussi des filles, moins nombreuses à tenter l'aventure. Dans ces témoignages bruts, ils livrent des fragments de leur histoire : leur vie quotidienne dans leur pays d’origine, la situation qui a déclenché le départ, leur parcours, leur arrivée en France, leurs rencontres.
Ce livre propose d'aller à la rencontre de jeunes filles et garçons malmenés par l'exil et le labyrinthe administratif français, mais qui parviennent parfois, petit à petit, à se reconstruire, à être de simples adolescents, à ne plus avoir peur. À vivre au lieu de survivre.
Le livre est disponible en version numérique, enrichie de liens, de ressources en ligne et d'une carte interactive retraçant les parcours de Samim, Benjamin, Youssouf, Soulemani, Kaïnat, Golo, Salem, Abdoul, Kena, Lili et Russel. Il a aussi fait l’objet d’un guide pédagogique accessible en ligne.

Change ton monde
Cédric Herrou, Les Liens qui libèrent, 14,99 € (2020)
Cédric Herrou, figure emblématique de l’accueil des migrants dans la vallée de la Roya, présente en ces termes son ouvrage-témoignage de son engagement :
"J’étais perché sur ma montagne, avec mes poules et mes oliviers, quand le monde est subitement venu à moi. Des ombres remontaient à pied ma vallée de la Roya, entre l’Italie et la France, risquant leur vie. Au début, je détournais le regard. Puis, un jour, j’ai recueilli une famille, et ces ombres sont peu à peu devenues ma lumière. Elles fuyaient la guerre, la misère, la dictature, avaient croisé la mort dans le désert en Libye, échappé à la noyade en Méditerranée. De leur pas si déterminé, elles me questionnaient : faut-il rejeter l’autre parce qu’il est différent ?
À partir de 2016, j’ai accueilli des milliers d’exilés. J’ai aidé ces voyageurs de l’ombre à poursuivre leur chemin et à obtenir des droits, mais je n’avais pas anticipé la violence d’État qui me frapperait en représailles. Notre action ne faisait pourtant que pallier ses renoncements.
J’ai subi des gardes à vue, des procès, des perquisitions, des saisies. Le plus souvent, l’État était en tort et fut condamné. Des centaines de fois. Jusqu’à ce que le Conseil constitutionnel consacre le principe de fraternité, un progrès capital. Ces années ont changé ma vie. Citoyen lambda éloigné du militantisme, je ne suis pas un héros, juste un Herrou têtu et décidé, sans leçons à donner, à part celle-ci : avant de changer le monde, chaque citoyen a le pouvoir de changer le sien."

Des romans jeunesse

La vallée aux merveilles
Sylvie Deshors, Rouergue, 12,50 € (2019)
Après une rupture amoureuse douloureuse, Jeanne, 16 ans, est envoyée chez sa tante dans la vallée de la Roya. Elle y découvre, stupéfaite, que cette dernière est une militante active, venant en aide aux migrants qui tentent de passer la frontière italienne pour entrer en France.
Sylvie Deshors a su romancer son propos avec talent pour donner un livre intelligemment documenté, sensible sur la question des migrations et juste dans les émotions (dès 14 ans).

Je préfère qu’ils me croient mort
Ahmed Kalouaz, éditions du Rouergue, 9,70 € (2011)
Après avoir été repéré par un agent recruteur, Kounandi quitte son Mali natal à 13 ans pour jouer au football en France. Il rêve déjà de devenir l’un de ces footballeurs africains que s’arrachent les grands clubs européens. Mais il va vite découvrir l’envers du décor : pour un seul élu, des centaines d’autres victimes de ce trafic de jeunes joueurs. Jugé pas assez prometteur, il se trouve rapidement abandonné dans la banlieue parisienne sans argent ni papiers… Un roman inspiré de faits réels : de centaines de jeunes africains débarquent chaque année en Europe, victimes de filières pas toujours honnêtes (dès 12 ans).

Les étrangers
Pessan, Solminihac, L’école des Loisirs, 13 € (2018)
Basile sait que de nombreux migrants passent dans la région. Il a entendu parler des camps et des trafics, des jeunes gens qui s'accrochent sous les camions et en meurent parfois. Il sait tant et tant de choses qui le concernent si peu ! Tout change lorsqu'il croise quatre garçons dans une gare désaffectée. Ils sont à cran, ils se cachent, la police les cherche depuis qu'ils ont fui le centre pour mineurs isolés. Quand l'un d'entre eux se fait enlever par des passeurs, Basile n'a plus le choix. Il s'embarque dans une nuit sans fin à la recherche de ce garçon qu'il ne connaît pas, cet étranger, prisonnier de la mafia (dès 13 ans).

Refuges
Annelise Heurtier, Casterman, 6,90 € (2018)
Mila, une jeune italienne, revient sur l'île paradisiaque de son enfance, espérant y dissiper le mal-être qui l'assaille depuis un drame familial. Très vite, d'autres voix se mêlent à la sienne. Venues de l'autre côté de la Méditerranée, elles crient leur détresse, leur rage et la force de leurs espérances (dès 12 ans).

De la poésie

Les enfants vont bien
Nathalie Quintane, POL, 18 €, (2019)
Automne 2016 : des Centres d’accueil et d’orientation (CAO) pour les réfugiés migrants s’ouvrent un peu partout en France, à la suite du démantèlement de la "jungle" de Calais. Les enfants vont bien commence là. Président de la République, ministres, textes de loi, presse régionale, animateurs du CAO, réseau d’aide… Tout le monde a quelque chose à dire des réfugiés, et c’est chaque parole, chaque phrase, chaque énoncé ou fragment de texte officiel, de chacun, sur chaque page, que ce livre recueille, entre 2014 et 2018. La simple juxtaposition de ces phrases forme une mélopée d’autant plus triste (et cruelle) qu’elle est parfois éclairée par des regains d’espoir. À la lecture, l’effet est radical. On lit en creux le drame de ces personnes que l’on n’entend pas, que l’on ne lit pas, et qui ne citent rien.

Déclarés MIE
Patrice Luchet, Moires, 15 € (2019)
Qu’advient-il des adolescents qui se réfugient en France que l’on appelait il y a peu de temps encore, les mineurs isolés étrangers ? Les premières semaines passées, ces adolescents, Jahandar, Nasreen, Vlad, se retrouvent dans une phase d’intégration face à des difficultés administratives mais aussi avec la volonté profonde de se faire une place. Cette situation délicate est le lieu de textes fictifs qui permettent à l’auteur de suivre ces jeunes gens et les adultes qui les côtoient. Des médecins aux éducateurs, des enseignants aux policiers, c’est tout un monde à découvrir pour ces adolescents et parfois les moments sont durs, pénibles, parfois ils sont rassurants, joyeux. Pour mettre en lumière ces adolescents, Patrice Luchet utilise des récits rythmés et sonores. Une fanfare de mots pour accueillir et souhaiter la bienvenue.

Des livres de cuisine

Voyage gourmand autour du monde
Françoise Paccoud et Denitza Mineva, Éditions du Jasmin, 16 € (2016)
Envolez-vous avec Louis, Eva et Martin pour un tour du monde gourmand. Vous visiterez de nombreuses villes et de beaux monuments sur les cinq continents, vous découvrirez de nombreuses cultures et différentes langues. Vous ferez des rencontres gourmandes en dégustant et en apprenant à réaliser des plats savoureux et originaux (dès 5 ans).

Le goût du partage
Blandine Duquet, Éditions du Jasmin, 13,50 € (2018)
Le Goût du partage est un livre réalisé avec des réfugiés à partir d’ateliers de cuisine. Ils viennent d’Afghanistan, d’Albanie, en passant par le Congo… Ils apportent leur recette, leur langue et leur histoire. Chacun est présenté dans un portrait nous permettant de mettre une personnalité et un visage sur ces généreuses recettes. 1 € par livre est reversé au Réseau pontarlier accueil insertion réfugiés (REPAIR).

La cuisine de l’exil
Stéphanie Schwartzbrod, Actes sud, 23 € (2019)
Par amour, pour accomplir leurs rêves, pour fuir la dictature ou la misère, ils ont quitté leur pays. Venus d’Europe, d’Asie, d’Afrique, d’Amérique latine, du Moyen-Orient, des États-Unis –des années 1920 à nos jours–, c’est en France qu’ils ont posé leurs valises. Déracinés, c’est souvent par la nourriture, les recettes emportées dans leurs bagages, qu’ils ont pu retrouver une part de leur passé, de leur culture, et se réapproprier leurs vies.
À travers vingt-quatre témoignages d’hommes et de femmes, chacun suivi de cinq recettes emblématiques du pays concerné (et d’adresses où se procurer les ingrédients les moins communs), ce livre parcourt la grande histoire, les époques et les continents, mettant en lumière notre richesse multiculturelle. Il invite à découvrir l’altérité dans ce qu’elle a de plus convivial : les plaisirs de la table.

Les cuistots migrateurs
Étiennette Savart et Guillaume Czerw, La Martinière, 29 € (2019)
Imprégné des valeurs de fraternité et de partage, ce livre à l’initiative des Cuistots Migrateurs propose 70 recettes de cuisiniers réfugiés en France et issus des quatre coins du monde : la Syrie, la Tchétchénie, l’Éthiopie, le Népal et l’Iran étant les cinq pays à l’honneur. Autant de découvertes, qu’elles soient culinaires, culturelles et humaines… pour nous faire voyager et changer notre regard sur les migrants.

UNE PLAYLIST

Ta différence, Steve Waring, Victorie Music (2013)

Bons cailloux de Crocassie, Benjamin Ramon, Solen Imbeaud, JM France (2011)
Olaf et Gorak, les deux braves ogres de Crocassie ne veulent plus manger de la soupe aux cailloux. Ils nous content un périple original tout en mélodies servies à la louche, agrippés à un radeau ou à un taureau, selon qu’ils croisent des rivages manouches, des ports tarantelles ou des havres celtiques… Et derrière les réjouissances de la table se dessine une interrogation réelle sur la société que nous construisons ensembles: que devient la faim quand elle pas que gourmandise, et qu’elle transforme les voyages en exils ?

La route, Alain Schneider, Victorie Music (2013)

Allez jouer dehors !, Thomas Pitiot, Ocean nomade (2016)
Thomas Pitiot s'inspire des différences qui nous nourrissent, des voyages et des envies de liberté. Dans ces chansons aux rythmes et aux parfums d'ailleurs, on retrouve des animaux qui parlent en verlan, une cousine qui pendant la récréation rivalise avec les garçons, les chapeaux enchantés de l'ami Paco, des bouquets de prénoms qui résonnent dans une classe sans frontières, une petite fille nommée Balakissa bien ennuyée pour faire du ski à Bamako et bien d'autres choses encore, à entendre, à chanter et à danser !

Malaïka, Guillaume Ledent, Dérange ta chambre, Chansons de pluie (2018)

Exils, Les Enfantastiques, Bizou music (2013)

• D’autres chansons à sélectionner sur le site du Gisti.

 

Titre :
35 ressources autour des migrations et des personnes migrantes
Auteur :
Isabelle Wackenier
Publication :
17 juin 2024
Source :
https://www.jdanimation.fr/node/1062
Droits :
© Martin Média / Le Journal de l'Animation

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

©2023 Martin Média - Tous droits réservés 
Les contenus, vidéos, infographies et photographies de ce site ne peuvent être utilisés sans autorisation. 
Conception graphique et développement du site : Metropolitan Neo