Aller au contenu principal

Les colos favorisent l’altruisme

Chapo

Une récente recherche menée dans un laboratoire de psychologie de l’université de Genève démontre que « les camps de vacances favorisent l’altruisme chez l’enfant ». Mais de quoi parle-t-on ?

Visuel
Image
Droits
© Laurence Fragnol
Publié le
Corps

Cette recherche sera sans doute utilisée par bon nombre de praticiens ou lobbyistes des colos pour justifier et démontrer l’importance des colos, pour expliquer qu’elles jouent un rôle indispensable dans le développement des enfants et qu’à ce titre, elles doivent être financées par une politique publique. L’étude servira à justifier l’allégation : «  Les colos sont apprenantes puisque éducatives par nature. » Or en lisant le communiqué et l’étude complète en anglais, on a déjà quelques éléments de nuance : notamment le fait qu’on ne connaît pas la durée des effets produits par une colo. Dit autrement, au lendemain de la colo, les enfants montrent un développement de compétences socio-émotionnelles (dont l’altruisme), mais on ne sait pas combien de temps cela dure… La principale question que l’on doit se poser en lisant cette étude, mais aussi la recherche sociologique de Pauline Clech sur les effets socialisateurs des colos, est de savoir quelles colos sont étudiées. En effet, dans ces deux recherches, il n’est jamais abordé la question de la pédagogie mise en place. Le terme n’apparaît même pas, c’est comme si la pédagogie n’existait pas. Et pourtant…

Quelle pédagogie ?

Les camps de vacances suisses ne sont sans doute pas la même chose que les colonies de vacances françaises. Les colonies de vacances du Château et du Bambou étudiées par Pauline Clech ne sont pas décrites, contrairement aux jeunes questionnés. À coup sûr, il est possible de faire l’hypothèse que le modèle pédagogique utilisé dans ces camps et colos est le modèle traditionnel. Les conclusions seraient-elles les mêmes si le modèle pédagogique était différent ? Est-ce qu’une colo en pédagogie de la décision ou de la liberté produirait les mêmes effets ? À ce stade, personne ne le sait, puisque personne ne considère la pédagogie comme une variable à travailler.

Ainsi, si de nombreux travaux concluent que les colos développent la socialisation (1), il est impossible de savoir ce qui développe réellement l’altruisme ou l’estime de soi sans prendre en compte la pédagogie : est-ce la colo en tant que telle, ou est-ce le fait de vivre en groupe, d’être encadré par des pairs, de faire des choses ensemble, de vivre des temps loin des parents, de l’école, des adultes, de sortir d’une forme de pédagogie scolaire ? Sans questionner les pédagogies, ces recherches restent floues.

(1) Lire Jean Houssaye ou Jean-Marie Bataille.

Titre :
Les colos favorisent l’altruisme
Auteur :
Jean-Michel Bocquet
Publication :
21 février 2024
Source :
https://www.jdanimation.fr/node/237
Droits :
© Martin Média / Le Journal de l'Animation

Vous devez vous connecter pour laisser un commentaire.

©2023 Martin Média - Tous droits réservés 
Les contenus, vidéos, infographies et photographies de ce site ne peuvent être utilisés sans autorisation. 
Conception graphique et développement du site : Metropolitan Neo