Carnets d’été – L’animation, une passion au service des générations

Aurélie Dupouy est originaire du Sud-Ouest, de Dax (Landes). Actuellement étudiante en Bpjeps Loisirs tous publics option « environnement, sciences et techniques », c’est pourtant dans le Sud-Est qu’elle a mis en place cet été une animation intergénérationnelle dans le cadre de l’obtention de son diplôme. C’est au sein de l’association Planète Sciences Méditerranée de Grasse (Alpes Maritimes) que la jeune femme de 24 ans a préparé sa formation. Et c’est le service des Affaires scolaires animation enfance jeunesse de la municipalité du Cannet qui l’a accueillie pour les périodes d’alternance.

Expériences diversifiées

"J’ai un parcours scolaire un peu atypique, puisque je possède deux BTS, ainsi qu’un niveau licence professionnelle dans l’environnement et le développement local, et une carte de guide conférencier", explique Aurélie. "Pour moi, préparer le Bpjeps LPT environnement, sciences et techniques était une évidence, une façon de clôturer en beauté mes études. Cette formation me permettra de devenir animatrice professionnelle et de diriger un accueil collectif de mineurs."

Dans le cadre de sa formation, Aurélie doit réaliser entre autres un projet d’animation de 15 heures. Elle a ainsi choisi de créer de toutes pièces un projet intergénérationnel entre le public d’un Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) et celui d’un accueil de loisirs sans hébergement (ALSH), tous deux situés au Cannet.

"Ce choix relève d’une demande du public de mon ALSH, suite à deux rencontres réalisées préalablement entre les deux établissements. Une pour les vacances d’avril, avec l’organisation d’une chasse aux œufs, et l’autre une semaine avant mon projet, pour une partie de bowling. Les retombées de ces deux animations ont été tellement positives que j’ai décidé de renouveler l’expérience pour mon projet d’animation en associant un groupe d’enfants à deux groupes de seniors accompagnés de leurs animateurs habituels."

Un cocktail de générations et de catégories sociales

"Le public dont je suis responsable est composé d’un groupe mixte de 12 enfants de 7 à 10 ans, tous issus de l’ALSH Les Cougoussoles, du Cannet. Le centre est implanté près d’une zone commerciale et d’HLM, et compte une population cosmopolite de petits citadins, toutes catégories sociales confondues."

En ce qui concerne le premier groupe de séniors, il est issu de la maison de retraite Les Jardins de Pauline, récemment ouverte, qui avait accueilli la jeune femme avec un groupe d’enfants pour une chasse aux œufs en avril dernier. Et pour finir, il y a six personnes âgées qui fêtaient leur anniversaire en août, issues de l’Ehpad Clairefontaine du Cannet. Il s’agit d’un public mixte et cosmopolite également.

"Les objectifs de mon animation sont en liaison avec le projet pédagogique de ma structure. Ce projet permet d’intégrer les personnes handicapées, d’éveiller la curiosité des enfants, d’alléger les craintes envers un public inconnu, dues à un manque de connaissance, de favoriser la solidarité et la convivialité en fédérant deux publics différents. Il est également question de partage et de transmission."

Mais revenons à la genèse. Aux vacances d’avril, Aurélie Dupouy avait réalisé avec un groupe d’enfants une animation "chasse aux œufs" à la maison de retraite. "Les seniors avaient tout préparé en amont, nous étions les invités. Mais nous ne sommes pas venus les mains vides ! Nous leur avions confectionné des cadeaux à partir d’origamis, d’activités manuelles variées. Les enfants avaient pu récolter les œufs et avaient passé un moment agréable d’échange, d’entraide et de convivialité, qu’ils attendaient tous avec la plus grande impatience !"

Suite à cette rencontre, beaucoup ont fait part de leur ressenti positif à la jeune femme, ainsi que de leur souhait de renouveler l’expérience. En outre, elle avait pris soin d’entretenir des relations avec les animateurs de la maison de retraite.

C’est pourquoi une nouvelle animation intergénérationnelle a été mise en place. Pendant trois matinées, le groupe d’enfants s’est réparti les tâches et a créé des cadeaux, via des activités manuelles. "Des paniers en papier ont été confectionnés, les enfants ont ajouté du raphia, puis des poussins en origami décorés, des bracelets de perles, des cartes pour chaque personne âgées dont c’était l’anniversaire. Les participants ont aussi réalisé des mobiles en origami représentant des chats et des chiens. Tout cela dans un but très festif. La rencontre a eu lieu lors d’un après-midi, aux alentours de 15 heures afin de respecter le rythme de vie des seniors. Il y a eu un petit karaoké et quelques danses, et tout le monde a sympathisé autour de jeux de société."

Accro à l’animation

L’intérêt et la motivation d’Aurélie pour l’animation viennent de loin. "Adepte pendant une grande partie de mon enfance des séjours de vacances dans un cadre naturel, mon orientation dans l’animation reflète probablement d’un ancrage positif des moments inoubliables que j’ai eu la chance d’y vivre. Consciente que ce qui se construit pendant l’enfance conditionnera la vie d’adulte de mon public, ma priorité en intégrant la partie pratique de ma formation, était d’éveiller la curiosité des jeunes. Ils peuvent ainsi développer leur estime de soi et devenir des citoyens autonomes qui ne se fondront pas dans la masse, en capacité d’agir sur la société."

À 24 ans, elle perçoit son parcours scolaire et professionnel comme peu commun "à l’image d’un arbre généalogique qui aurait comme maître mot l’animation. Les diplômes que je possède, essentiellement dans le secteur du tourisme réceptif m’ont permis de rejoindre peu à peu l’animation. Lorsque je conduisais des visites guidées, j’étais bien loin de mes préoccupations actuelles d’animatrice, celles qui rendent le métier vibrant. En effet, je n’étais guère soucieuse du poids de mon action sur le devenir de mon public, ainsi que de l’importance des remises en question que cela pouvait occasionner."

Le Bpjeps Loisirs Tous Publics représente tout ce dont elle a besoin. "Il prend aux tripes, supposant une curiosité constamment éveillée dans la recherche d’activités innovantes, ainsi que l’amélioration de notre capacité d’observation afin de créer un environnement adapté. L’animation dans un accueil collectif de mineurs, c’est la sensation d’être utile pour les jeunes dans l’instant présent, mais également d’être le passeur de clés pour leur devenir. De plus, la mention « Tous Publics » permet de pratiquer le métier avec des personnes de tout âge, allant de l’enfance aux seniors, ce qui est aussi varié qu’enrichissant. Elle nous offre également la possibilité de diriger un accueil collectif de mineurs. C’est énormément de responsabilités mais cela nous oblige à être très impliqué et attentif en tous points dans la vie du centre."

Même si Aurélie Dupouy a bien conscience que ce ne sera pas facile tous les jours, elle a trouvé le domaine qui est fait pour elle, dans lequel elle s’épanouit. "Bien plus qu’un métier qui a du sens, l’animation c’est avant tout une expérience de vie", lance-t-elle en guise de conclusion.

Sasha Terguev


Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

400 fiches d'activités

Demande Numéro gratuit

Mon Journal-Bilan Directeur d'ACM