Crise de l'animation : le comité de filière est installé  – Photo © MENJ

Crise de l'animation : le comité de filière est installé

C’est fait ! Huit mois après son annonce par Sarah El Haïry, secrétaire d’État à la Jeunesse, le comité de filière du secteur de l’animation s’est enfin réuni pour la première fois le 20 octobre, à Paris. Imaginé dans le cadre du plan d’actions gouvernemental "Pour un renouveau de l’animation en accueils collectifs de mineurs", ce comité de filière réunit tous les acteurs du secteur (liste complète ici). Financeurs, collectivités territoriales, associations d’éducation populaire et de jeunesse, syndicats d’employeurs et de salariés, associations familiales et de parents d’élèves, représentants de l’État… se voient ainsi confier par Sarah El Haïry la mission de "faire des propositions pour que nous puissions ensuite trouver les moyens de mettre en œuvre collectivement [leur] plan d’action pour l’avenir de la filière de l’animation".

Concrètement, après de premières mesures conjoncturelles relatives au Bafa (aide financière de l’État, abaissement de l’âge d’inscription à 16 ans à compter du 17 octobre…), il s’agit désormais selon la ministre d’impulser “une évolution structurelle du secteur, selon des modalités qui ne peuvent être définies que collectivement“. L’objectif affiché est de résoudre la pénurie d’animateurs rencontrée depuis plusieurs années par les employeurs et qui s’est encore aggravée depuis la crise sanitaire. Renforcement de l’attractivité des métiers, recherche d’un modèle économique viable, montée en compétence et reconnaissance des équipes et de leurs formations sont ainsi parmi les points de réflexion cités par Sarah El Haïry.

Laurent Bonnaterre à la présidence

Souhaitant favoriser l’émergence de "solutions pragmatiques, au plus près des besoins du terrain", la ministre a finalement confié la présidence du comité de filière à Laurent Bonnaterre, maire de la commune de Caudebec-lès-Elbeuf (Seine-Maritime). Un changement d’orientation donc, puisque c’est l’ancien député Yves Blein, également président de la fédération Léo-Lagrange et de l’UCPA, qui avait été annoncé à ce poste en février dernier…

Il appartiendra à Laurent Bonnaterre et au comité de filière de suivre la feuille de route édictée dans le plan gouvernemental présenté en février, en visant les objectifs suivants :

  • soutenir les collectivités territoriales pour renforcer durablement l’investissement dans la complémentarité éducative,
  • restructurer la formation professionnelle,
  • s'engager collectivement pour des emplois à temps plein et des journées continues,
  • rémunérer les temps de préparation sans enfants,
  • créer de nouvelles aides pour financer la formation Bafa,
  • accompagner spécifiquement les jeunes animateurs,
  • rendre le contrat d’engagement éducatif plus vertueux.

Lutte contre les VSS

Mais Sarah El Haïry a souhaité également y ajouter un objectif supplémentaire. Elle a en effet demandé "que le groupe de travail Violence et incivilité détermine les modalités de mise en œuvre du plan (…) annoncé la semaine dernière" pour lutter contre les violences sexuelles et sexistes en ACM.

Ce plan, élaboré en réponse au mouvement #MeTooAnimation lancé sur les réseaux sociaux au printemps, repose sur :

  • l’introduction de modules consacrés à la prévention des violences sexuelles et sexistes dans la formation du Bafa,
  • la signature par tous les intervenants en ACM d’une charte de lutte contre les violences sexuelles et sexistes avec l’obligation de dénoncer les faits dont ils pourraient avoir connaissance,
  • et le développement d’un module spécifique de formation pour les écoutants du 119.

Il s’agira notamment pour le comité de filière de "déterminer le contenu des modules de formation à la prévention des violences sexuelles et sexistes et rédiger un projet de charte. Ensuite, pour faciliter la mobilisation des acteurs, notamment ceux ayant le moins de moyens, nous devons préparer un modèle de plan sur lequel chaque organisation pourra s’appuyer."

La feuille de route du comité de filière animation est donc bien remplie. Ces directives claires et le discours volontariste porté par Sarah El Haïry et les différents participants seront-ils toutefois suffisants pour répondre à la crise du secteur et aux attentes des professionnels ? Il est trop tôt pour le dire, mais le travail engagé s’annonce de longue haleine, "sur le long terme" comme l’a déclaré la ministre, et en cela il est peut-être déjà en décalage avec les demandes urgentes exprimées au quotidien par tous les acteurs de terrain.


Commentaires (2)

  • anon

    The situation on the ground is apparent. Despite the fact that several of these youngsters have been working in animation for years, their organization still requires them to take the percentages test. https://cupheadonline.com

    nov 10, 2022
  • anon

    It's great to be back on your blog after such a long absence. I've been looking forward to working on this project for a long time https://splatoon3.io/

    nov 15, 2022
Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire