Quelles conditions sanitaires pour organiser une colo cet été ? – Photo © Florent Contassot

Quelles conditions sanitaires pour organiser une colo cet été ?

Mise à jour du 19 juin : attention, l'article ci-dessous est obsolète ; rendez-vous sur cette page pour découvrir les nouvelles règles applicables à compter du 22 juin.

Les organisateurs seront soulagés de constater les allègements faits dans ce nouveau texte par rapport au protocole provisoire diffusé le 5 juin :
• possibilité d’utiliser les deux couchettes de lits superposés (à condition d’être tête-bêche),
• port du masque seulement lorsque la distanciation physique n’est pas possible,
• activités à l’extérieur de l’enceinte de l’accueil pouvant rassembler jusqu’à 15 jeunes (encadrants non-compris),
• allègement des conditions de transport…
Sont concernés par la reprise d’activités tous les types de séjours avec hébergement, y compris les mini-camps, à compter du début des prochaines vacances scolaires d’été (donc le 4 juillet).

Nombre de mineurs
Le nombre total de mineurs accueillis n’est pas restreint, mais il est fixé par l’organisateur en tenant compte du respect des règles de distanciation sociale. Cela entraînera, de fait, la plupart du temps, une limitation de la capacité d’accueil.

Un référent Covid
L’assistant sanitaire est désigné référent Covid-19. Il est chargé de la diffusion des règles de prévention, qui comprennent la détection et la gestion de la survenue d’un cas suspecté ou avéré de la Covid-19.

Communication avec les familles
Les parents sont informés préalablement à l’inscription de leur enfant des modalités d’organisation du séjour, en particulier sanitaires et notamment du principe "constitution de sous-groupes de mineurs".

Les locaux d’activités et d’hébergement
L’organisateur doit respecter strictement les recommandations sanitaires suivantes :
nettoyage approfondi des locaux préalablement à l’ouverture des lieux d’accueil et d’hébergement ;
• entretien des locaux deux fois par jour ;
désinfection quotidienne des objets fréquemment touchés (poignées de portes, surfaces, sanitaires,sols, objets à vocation ludique ou pédagogique…) ;
points d’eau en nombre suffisant pour permettre le lavage des mains (pendant 20 à 30 secondes, avec un séchage soigneux, de préférence avec une serviette en papier jetable) à proximité des lieux d’accueil et d’activités, ou à défaut, du gel hydroalcoolique ;
savon en quantité suffisante pour les enfants et gel hydroalcoolique ou savon pour les personnels ;
• l’approvisionnement en équipements et produits nécessaires à l’hygiène est une priorité (savon liquide, essuie-mains à usage unique, poubelles à ouverture non manuelle) ;
• équipement des salles d’activités en distributeurs de solutions hydroalcooliques, utilisées par les mineurs sous le contrôle d’un encadrant ;
• les espaces pour lesquels il existe peu de solutions pour respecter la distanciation physique ne doivent pas être accessibles ;
• l’organisateur doit prévoir des règles spécifiques d’accès à l’accueil pour les parents et les enfants, permettant de respecter les règles de distanciation physique et d’éviter les attroupements. Prévoir un marquage au sol. Sauf exception, les responsables légaux ne doivent pas être admis sur les lieux d’accueil. En cas d’accès, ils doivent être munis de masques ;
• les fenêtres doivent être ouvertes le plus fréquemment possible pour augmenter la circulation de l'air ;
• l’utilisation de ventilateur ou de brumisateur collectif (sauf dans des chambres individuelles), y compris dans des dortoirs, est proscrite si le flux d’air est dirigé vers les personnes. L’utilisation de climatiseurs est possible, en évitant de générer des flux d’air vers les personnes, sans recyclage de l’air, et en recherchant le filtre le plus performant sur le plan sanitaire ;
• la participation des mineurs aux tâches de nettoyage sera limitée. Ces dernières doivent être prioritairement réservées à des intervenants adultes munis de protections individuelles.

Les conditions d’hébergement
• Le nombre de lits par chambre est fixé par l’organisateur, en respectant une distance de 1 mètre entre chaque lit.
• L’utilisation en simultané des deux couchettes d’un lit superposé est autorisée, à la condition que les mineurs y soient couchés tête-bêche.
• Les chambres sont aérées plusieurs fois par jour.
• En cas d’hébergement sous tentes, ces dernières doivent aussi permettre le respect des règles de distanciation physique.

Le port du masque (masques grand public)
• Le port du masque est obligatoire pour les encadrants et pour toute personne prenant part à l’accueil lorsque la distanciation physique n’est pas possible.
• Le port du masque n’est pas obligatoire pour les mineurs sauf lorsqu’ils présentent des symptômes d’infection à la Covid-19 ; auquel cas, ils sont isolés, munis d’un masque adapté, dans l’attente d’une prise en charge médicale.
• Le port du masque est obligatoire pour les mineurs de plus de 11 ans seulement lors d’activités dans lesquelles la distanciation physique n’est pas possible.
• Les masques sont fournis par les organisateurs pour l’ensemble des personnes présentes sur le lieu du séjour, encadrants et mineurs.

La prise de température
• Les parents du mineur sont invités à prendre sa température avant le départ pour l’accueil. En cas de symptômes ou de fièvre (38° C), l’enfant ne pourra être accueilli.
• Les accueils doivent être équipés de thermomètres pour pouvoir mesurer la température des enfants (ou des personnels) dès qu’ils présentent des symptômes.

Les activités
• Les activités doivent être organisées par petits groupes, ne dépassant pas 15 jeunes (encadrants non-compris).
• Les groupes sont constitués, dans la mesure du possible, pour toute la durée du séjour. Ils peuvent cependant être adaptés selon la nature des activités.
• Les possibilités d’interactions entre sous-groupes seront réduites, en organisant les activités et l’utilisation des lieux communs en fonction de ces sous-groupes.
• Le programme d’activités proposé doit tenir compte de la distanciation physique et des gestes barrières.
• Chaque activité fait l’objet d’une évaluation préalable et d’une adaptation au regard de ces règles. Lors d’échanges de livres, ballons, jouets, crayons, etc., le lavage des mains des mineurs et la désinfection du matériel sont effectués avant et après l’activité.
• Les activités organisées à l’extérieur de l’enceinte de l’accueil ne peuvent rassembler plus de 15 jeunes (encadrants non-compris) dans le respect de la distanciation nécessaire.
• L’organisation d’activités en autonomie pour les mineurs, sans la présence sur place d’encadrants, est possible sous certaines conditions :
– ces activités rassemblent un groupe, d’au plus 4 jeunes, âgés de plus de 14 ans ;
– le port du masque est obligatoire ;
– la zone d’activité est délimitée ;
– les jeunes sont dotés de gel hydroalcoolique ;
– les consignes sanitaires sont rappelées avant le départ.

Les activités physiques et sportives
• Lors de la pratique d’activités physiques, la distance physique doit être au minimum de 2 mètres.
• Si elles sont organisées à l’extérieur de l’accueil, elles ne peuvent pas rassembler plus de 15 jeunes (encadrants non-compris).
• Les mineurs en ACM, sauf pour les ACM se situant en zone orange, peuvent également pratiquer des activités physiques et sportives au sein des équipements sportifs extérieurs, à l’exception des sports collectifs, des sports de combat et des activités aquatiques pratiquées dans les piscines.

Les transports
• Les véhicules utilisés dans le cadre des ACM, notamment pour amener les mineurs sur le lieu de séjour et pour les ramener après ce dernier, doivent faire l’objet, avant et après leur utilisation, d’un nettoyage et d’une désinfection dans les mêmes conditions que celles applicables aux locaux.
• Durant les transports pour se rendre dans les lieux d’hébergement, les organisateurs veilleront, dans la mesure du possible, à la distanciation physique entre les groupes de 15 mineurs voyageant ensemble.
• Le chauffeur doit maintenir les distances de sécurité avec les passagers et porter un masque grand public lorsque cela ne peut être respecté.
Les accompagnateurs doivent porter un masque grand public.
• Les enfants de plus de 11 ans doivent porter un masque dès lors que les distances de sécurité ne peuvent pas être respectées à l’intérieur du véhicule.

La restauration
• La restauration doit être envisagée sous forme de paniers ou de plateaux repas distribués aux mineurs au sein des accueils. À défaut, l’organisation des temps et l’accès aux lieux de restauration doivent être conçus de manière à limiter au maximum les files d’attente.
• L’organisation du temps de restauration doit permettre de limiter les éléments utilisés en commun pouvant faciliter les contacts et les attroupements.
• L’aménagement des tables doit assurer les mêmes règles de distanciation physique que dans l’hôtellerie-restauration (respect d’une distance de 1 mètre entre 2 tables ou installation d’écrans entre tables lorsque cette distanciation n’est pas possible).
• La désinfection des tables et dossiers de chaises est effectuée après chaque repas.
• Le lavage des mains doit être effectué avant et après le repas.

Déclarations de séjours
Les déclarations peuvent, de façon dérogatoire, être effectuées jusqu’à deux jours avant l’accueil, contre deux mois en principe.

Téléchargez ici le document PDF officiel complet du protocole sanitaire des accueils collectifs de mineurs avec hébergement.

Si vous appréciez nos informations accessibles en lecture gratuite,
vous pouvez nous soutenir et découvrir d'autres contenus exclusifs
du Journal de l'Animation en souscrivant un abonnement à notre mensuel
ou en visitant notre boutique en ligne.
Merci à vous !

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour publier un commentaire

450 fiches d'activités

Demande Numéro gratuit

Mon Journal-Bilan Directeur d'ACM